Authenticités joyeuses

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Nomades dans l’âme, l’objectif et la plume de Nat se baladent partout : en voilier autour du monde, par les airs d’un continent à l’autre; par les routes sur les chemins du désert, en 4*4 (tente sur le toit), à vélo , à pied ou en paddle. Plume et objectif se rejoignent dans ce blog, pour partager leurs coups de coeur.

20 janvier 2022

Authenticités joyeuses : un titre au pluriel pour vous raconter ces quelques jours où nous avons tutoyé les sommets du Sri Lanka : des levers de soleil enchanteurs, aux cascades rieuses, à la tranquillité d’un temple troglodyte, en passant par la très prisée Ella (Little Adam’s peak, Nine Arch Bridge), voici le programme d’un joli séjour à la montagne.

En annexe retrouvez, le bon plan qui guidera les voyageurs vers une famille inoubliable, tant elle accueille ses hôtes à bras ouverts.

Matins enchanteurs

Chaque réveil au nid d’aigle de Shiromi et Jadath réserve un spectacle inattendu. Certains matins, nous pataugeons dans une mer de brouillard. Un tsunami de nuages inonde alors toute la vallée. Seul, le point culminant du pays, le mont Pedro localement appelé Pidurutalagala, tire son sommet de 2524m du jeu de brumes. D’autres jours, le lever de soleil nous gratifie d’instants dorés. Quel délice que de savourer ce moment où les montagnes ruissellent d’une lumière miellée, où la canopée ressemble à un immense bouton-d’or !

Chaque matin, Jagath, nous demande notre programme. Il sait que nous préférons éviter les grands axes routiers, surpeuplés et bruyants, alors il nous dessine ce qu’il nomme une « simple map » pour nous faire découvrir les petites routes qui sillonnent montagnes et campagnes. Ce qui nous donne l’occasion d’éprouver la résistance de nos lombaires aux nids de poules, d’assister à des scènes de la vie quotidienne et de répondre inlassablement aux sourires et « bonjours » d’un peuple nanti d’une réserve inépuisable d’ondes positives.

Dowa Raja Maha Viharaya

Quelle plus belle manière de débuter une journée qu’en se ressourçant à la sérénité généreuse d’un temple auréolé de mystères ?

Sa construction est attribuée au roi Walagamba. Rassurez-vous, je n’en sais pas plus que vous, sur Sa Majesté. On raconte que fuyant les invasions indiennes un siècle avant notre ère, il se réfugia ici, au coeur des montagnes du Sri Lanka. Il y construisit de nombreux temples, dont DOWA RAJA MAHA VIHARAYA.

Ce petit temple est si discret qu’on ne soupçonnerait pas sa présence sans l’aide de quelques panneaux de textes écrits en sanscrit ( දෝව රජමහා විහාරය (දෝව රජමහා විහාරය) ), et judicieusement accompagnés de photos délavées au soleil.

Un escalier descend sur ce qui ressemble pour les non-initiés à un immense bric-à-brac enchâssé dans la roche. Les singes et les chiens y trouvent quelques pitances et à l’ombre des tables d’offrandes, ils s’assoupissent, bercés par le chant mélodieux des oiseaux qui colonisent de hauts arbres. Ceux-ci sont si imposants qu’ils couvrent d’ombre un bouddha colossal sculpté dans la paroi de granit. Ce bouddha est la partie visible d’un surprenant iceberg spirituel. Sous ses pieds se cache une grotte, où trois salles richement ornées ont été creusées dans la roche.

Pénétrant dans le sous-sol, nous traversons des galeries où peintures et statues baignent dans une harmonie chatoyante. Une porte de bois mène vers une caverne où trône un stupa blanc dont le sommet épouse la paroi rocheuse. La minuscule statuette d’un bouddha assis sur un cobra royal défend ce qui ressemble à une entrée murée. La légende raconte qu’elle cache un tunnel long de 11 km. Un soir, le roi aurait emprunté ce tunnel pour disparaître à jamais. Privé de son commanditaire, le bouddha de granit n’a jamais été achevé, l’attendant là, figé pour l’éternité.

Les chasseurs de trésors et amateurs de mystères se sont succédé dans ce tunnel, jusqu’à ce qu’il soit muré afin d’en préserver à jamais les secrets …

Avant de quitter le temple, puisons dans cet antre de sérénité, toute l’équanimité qui nous sera nécessaire pour la prochaine escale.

Ella

« Ella, elle l’a
Ce j’n’sais quoi
Que d’autres n’ont pas
Qui nous met dans un drôle d’état »…

France Gall

À une dizaine de kilomètres de ce refuge intemporel, nous voici projetés dans l’effervescence touristique d’Ella! Cette bourgade prisée se résume en quelques enfilades d’hôtels, bars, restaurants, discothèques et boutiques arborant le style répandu du « branché correct » : LED intégrées, décoration semblable à n’importe quelle rue du monde qui s’affiche « tendance ».

Dans les environs, les plantations de thé y ont perdu leur superbe. Abandonnées aux chantiers en plein « boom touristique », on y dresse des structures géantes de métal, on y actionne des pelleteuses, un bruit incessant où se faufilent encore quelques « picking ladies » harnachées de leur énorme sac. Quelques « resorts » inachevés aux allures « balinaises » s’accrochent aux pans de la montagne, des quads se mêlent au brouhaha ambiant, tandis que des notes stridentes s’échappent des amateurs de selfies à sensation qui ont choisi l’option « tyrolienne ».

L’engouement touristique nourrit tous les espoirs d’une population qui compte sur une nouvelle source de revenus pour améliorer son sort. Chaque bout de terrain est susceptible d’intéresser un investisseur et les habitants tentent leur chance à la lotterie immobilière.

Opportunités à saisir !

Ella s’est donc fait un nom dans les circuits touristiques et doit, notamment, son succès à la proximité du sommet du Little Adam’s Peak et du « Nine Arch Bridge ». Deux « incontournables » du Sri Lanka.

Le « Petit Pic d’Adam » est la balade des voyageurs paresseux qui ne tentent pas le vrai Adam’s Peak. Nous en grossirons les rangs. Néanmoins, ce Graal des pénitents du monde entier mérite un détour dans ce récit.

Pic D’Adam

Chacun y trouve son pied et le nomme à sa guise

Les bouddhistes s’inclinent sur ce qu’ils nomment le « Sri Pada », « empreinte sacrée du pied du Bouddha », les hindous font quant à eux l’ascension du Shivan Adipatham qui symbolise la danse créative du Shiva, les musulmans entreprennent ce pèlerinage pour commémorer l’endroit exact où Adam a posé le pied, tandis que les catholiques honorent le passage de Saint-Thomas.

Toutes les religions vibrent à l’unisson d’un spectacle éblouissant

Cette montagne culmine à 2243m, elle a le mérite de réconcilier, en son sommet, les quatre principales religions de la région. Si bouddhistes, hindous, musulmans, et catholiques bataillent à n’en plus finir au niveau de la mer, dès qu’ils se hissent sur le Pic d’Adam, ils retrouvent une ambiance consensuelle.

Ici, ils se saluent d’un « Karunavai » qui veut dire « paix ».

Tous se mêlent dans une même procession, démarrant leur fervente randonnée dans la nuit. Ils gravissent 5500 marches et un dénivelé de 1000 mètres, pour unir leurs croyances dans un choeur contemplatif. Depuis plus 1000 ans, des millions de pèlerins ont ainsi fusionné, illuminés par les premiers rayons du jour qui inondent les sommets du Sri Lanka. Ce spectacle inoubliable devrait marquer les esprits afin que chacun se souvienne, une fois revenu « au niveau du sol », que nous sommes tous en lien, quel que soit le nom du dieu vénéré.

Le petit Pic d’Adam

Beaucoup plus accessible que son grand frère, le Little Adam’s Peak se laisse apprivoiser par tout un chacun. Son sommet de 1141 mètres se gagne dans une allégresse que partagent tous ceux qui, de là-haut, découvrent une vue magistrale sur son proche voisin Ella Rock. À ses pieds, la vallée s’échappe à l’infini entre les montagnes arrondies par l’érosion. En face, la cascade de Ravana étend son voile blanc sur la falaise. Petit Adam n’a pas la vocation sacrée du Grand, mais il y règne une ambiance bon-enfant.

Nine Arches Bridge

La carte postale du Pays !

Nine Arch bridge, voilà encore un incontournable prisé des curieux! Nous cédons au rituel touristique pour y découvrir ce pont datant de l’époque coloniale (1921). Un tablier, long de 91,5 mètres et d’une largeur de 7,5 mètres, repose à 24 mètres de hauteur sur neuf arches massives en pierre. C’est un joli petit pont qui enjambe une gorge foisonnante de végétation tropicale. On y cherche quelques détails surprenants, ils se trouvent dans le comportement des touristes. Tous marchent sur les rails, se mêlant aux quelques habitants qui trouvent là, le seul moyen de passer d’un versant à l’autre du canyon. Les visiteurs quant à eux attendent « le train ». Dans le tunnel un puissant klaxon résonne, tout le monde se bouche les oreilles, serre le ventre le long du garde-fou, le train passe, disparaît et la foule se dissipe aussitôt, en quête de la prochaine « attraction » locale.

Depuis le belvédère d’Asanka, nous jetons un oeil distrait à ce manège tandis que nous discutons avec un chauffeur de tuk tuk qui attend ses hôtes. Il partage ses gâteaux et de grands éclats de rire. Il nous raconte des bouts de vie, et trois trains passent dans une bonne humeur qui a donné tout son charme à cette visite.

Après ces débauches touristiques, nous aspirons à retrouver une autre authenticité. Nous repartons sur les petites routes cahoteuses.

Diyaluma water falls

Un bain de rires dans les bassins de la cascade

Par ses reliefs escarpés, la Province d’Uva compte au moins une dizaine de cascades. Certaines très accessibles drainent de nombreux touristes, d’autres sont plus intimes. Il en est ainsi de Diyaluma, son voile haut de 220 mètres est visible depuis la petite route, où sèche le linge fraîchement nettoyé dans les rapides. Ici, des familles de singes ont trouvé l’ombre, l’eau et les fruits, rien ne manque à leur prospérité. Peu farouches, elles se laissent observer sans pudeur.

Nous suivons l’un de ces cascadeurs avertis, et traversons un rempart de roches où nous accueillent les chants criés à tue-tête d’un groupe d’amis, visiblement ravis de partager une douche dont l’eau est à consommer sans modération. Un moment de joie contagieuse comme ce pays en offre tant! 

Pour vous emmener plus loin dans l’ambiance de cette escale,  une vidéo et un album photo

Retrouvez dans l’album photo 
le coeur
des montagnes
du Sri Lanka

Une réserve inépuisable d’ondes positives

Nos amis voyageurs trouveront ci-dessous tous les détails de l’hébergement chez Shiromi et Jagath

Bon Plan : Rosenka Guest Inn

Haputale, perché sur sa crête, ne possède pas « d’effets spéciaux branchés », ce village est resté dans son jus. Nous avons passé quelques jours chez Jagath et Shiromi, nous recommandons ce « sweet home » aux voyageurs qui ne cherchent pas le confort d’un hôtel. La famille possède ce terrain depuis plusieurs générations.

Les points forts de cet hébergement

Accueil
Petit budget
Vue panoramique

Le grand bonheur de ce séjour, c’est l’hospitalité dont fait preuve toute la famille. Le rendez-vous matinal avec Jagath qui nous dessine des petits plans afin d’éviter les écueils de « Madame GPS » nous manquera, ainsi que le sourire de Shiromi qui nous accueille chaque soir autour d’un bon petit plat préparé avec autant d’amour que si nous faisions partie de la famille. Son « Pittu », délicieux plat typique, est inoubliable.

Disposition des lieux

Le terrain se compose d’une aire de parking, d’une maison « restaurant » et d’une maison où quelques chambres donnent sur un balcon à l’aplomb de la ligne de chemin de fer, où presque aucun train ne passe, ce n’était pas du tout dérangeant. Par contre le balcon s’ouvre sur un panorama magistral ! Les chambres sont sobres (un lit, une table, deux chaises) une petite salle de bain. Si les matériaux sont sans prétention, la propreté est impeccable. Un petit chauffe-eau permet une douche chaude qui est bienvenue à cette altitude où la température descend autour de 10 degrés la nuit. Prévoir des polaires pour dormir, pour les petits matins et les soirées. Les murs, fenêtres et portes ne sont pas isolés. En journée, lorsque le soleil perce la mer de nuages, les températures sont douces (25 degrés).

Petit budget

Une chambre double coûte environ 12 euros la nuit.
On peut prendre tous ses repas à la Guest House, ce qui est très pratique!
Par personne, le petit déjeuner vous coûtera à peu près 2 euros, ainsi que le repas du soir.

Nous sommes heureux d’avoir choisi Haputale, qui n’est pas « encore » prisé des touristes. Après nos journées de villégiature, nous apprécions de « rentrer » au bercail. Cet accueil doux et généreux nous ressource. Au dernier soir, Jaghat, pendant qu’on prenait la douche, nous a nettoyé la voiture. Comme ça pour nous faire plaisir et :  » parce qu’Ella est poussiéreuse, mais pas Haputale » dit-il.

Contact direct :
Rosenka Guest Inn
No 248, Temple Road, Haputale
tel 071 37 38 308 / 071 53 01 246 / 057 22 68 324
E-Mail : jagathabenayake1965@gmail.com

Ils sont aussi sur les grandes plateformes d’hébergement

Vous avez apprécié cet article ? Vous aimeriez poser des questions, ou déposer un commentaire ? N’hésitez pas, vous êtes bienvenus, dans la zone au bas de cette page, qui vous est réservée !
A vos plumes …

Tous les articles sur le Sri Lanka

Derniers articles parus

Escapad’dle chez Salvador Dalí

Escapad’dle chez Salvador Dalí

Voilà quelque chose de peu commun : se retrouver au pied de la maison de Dali avec Te Mana! Portlligat l'antre du maîtreLe rêve d'un été sans fin ...En cet automne qui se prend pour l'été, Te Mana...

9 Commentaires

  1. Martin

    Heureux de retrouver la suite de ton récit sur le Sri Lanka ! Et quelle plus belle manière d’y revenir par son « coeur montagneux » comme tu le dis si bien ! La famille de Rosenka semble réellement attachante, comme il doit être difficile de les quitter sans savoir si un jour, tu les reverras?
    J’aime aussi la pointe d’humour pour décrire les coins touristiques (on reconnaît ta plume ; ) )
    Hâte de lire la suite

    Réponse
  2. Françoise

    il est juste incroyable ton récit Nat j’❤ c’est magnifiques montagnes bien décrit et superbes cascades sans oublier ces belles femmes aux doux sourire et toutes ces jolies couleurs, tu ne pouvais que passer des beaux moments inoubliables au Sri-Lanka….merci pour ce petit moment de bonheur

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci à toi pour ce commentaire Fanfan, à bientôt pour la suite

      Réponse
  3. Dany Frejaville

    Chaque journée est très riche en couleurs et surprises, ta jolie plume, ton humour tes photos et vidéo de Dom nous font bien ressentir l’atmosphère joyeuse, de ce beau et mystérieux pays. De belles rencontres de voyage, une attachante famille ! Belle image de paix et de tolérance des pèlerins de confessions différentes réunis, pour une randonnée spirituelle, beaucoup devraient s’en inspirer.
    Ella ! Elle l’a….. 🙂
    Merci à tous les deux, pour ces merveilleux moments de lecture si bien écrits, illustrés et montés..

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci pour ton commentaire, Dany, à bientôt pour la suite

      Réponse
  4. Alexia

    Cc Nat… je viens de lire avec enchantement ton blog Sri Lanka… tu as bien retranscrit ce merveilleux endroit. Tu as bcp de delicatesse quand au détail.
    Tu as atteint ton but nous transporter dans ce pays et aussi dans les temps anciens… Que du plaisir et du bonheur…
    Toi et vision tu m’as permis de goûter à ce petit coin de paradis. j’en reverrai cette nuit. ❤️

    Réponse
  5. Sylvie Revel

    Ce retour en terre sri lankaise jalonnée de trésors entre bien dans les choix de la reine des ondes positives! Belle immersion au pays des couleurs et de la gentillesse, mais aussi au cœur du Temps et de ses monuments uniques. Humour et bonne humeur au bout de la plume pour enchanter nos lectures.Merci ma petite Nat pour cette présentation joyeuse d’un lieu dont vous nous faites si bien partager la magie! Les photos et la vidéo nous font réellement voyager et découvrir tous les secrets de ce pays qui semble, tout comme la Polynésie, vous avoir « tatoué » l’âme… pour reprendre ton expression!

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci de ton message Sylvie, il me va droit au coeur, et traduit bien le sentiment que je voulais partager

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This