de Moorea à Tahiti – baleines et dauphins

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Un regard sur le monde, du bout de la Plume et de l'objectif. Depuis 2003, Nat partage ses récits et photos de dix années de circumnavigation, puis six ans de vie insulaire dans la Pacifique, à Maurice et Martinique, à présent installée à la frontière entre France et Espagne, l'aventure continue.

8 novembre 2011

Bonjour,

Nous pensions que les baleines étaient sur la route du retour vers l’Antarctique.
Etait-ce un dernier coucou avant de partir, ou un prolongement de leur séjour à Tahiti?
Qui peut savoir?

Elles étaient dimanche soir le long de la barrière de corail à Vaiare. Nous les avions aperçues l’après-midi, mais au coucher du soleil, elles rôdaient toujours se laissant photographier sans pour autant donner une représentation de sauts comme elles nous en ont donné l’habitude. Lundi matin, en sortant du lagon de Moorea, pour nous diriger vers Tahiti, les dauphins sont venus nous souhaiter bon voyage.

Quelle belle nature!
Malgré que ces rencontres soient fréquentes ces derniers temps, nous en mesurons l’exception à l’aune de la chance…

Côté Tahiti, nous avons été surpris par le nombre de bateaux au mouillage à Punaauia. Une impression de saturation, toutes les bouées de la marina sont prises, celles dédiées aux bateaux de passage sont absorbées par la flotte des « bateaux résidents ». Entendons par là, les équipages qui ont décidé de ne pas poursuivre leur route, et les résidents qui ont trouvé plus pratique de vivre sur un bateau que de louer un faré à terre à prix d’or (le marché immobilier de Polynésie atteint des sommets). Ainsi, le mouillage de Punaauia se transforme peu à peu en « cité bateau-dortoir « , où tout le monde (enfants et parents) part à l’école ou au boulot le matin et revient le soir.
A quand les embouteillages d’annexes à la sortie de la marina?

La marina Taina a prévu une soixantaine de bouées supplémentaires qui seront en place dès la saison prochaine. Tahiti est victime de son succès, de l’octroi de séjour passé de 1 à 2 ans, mais aussi du fait qu’elle est la seule île à offrir aux équipages qui font des « arrêts remplissage caisse de bord » à leur fournir du travail.

Cette ambiance nous change énormément de tout ce que nous avons connu dans les îles sous le vent. Nous nous sentons quelque peu « exogènes » et nous avons trouvé une place en adéquation avec notre statut. En dehors des lignes de bouées, hors de la foule et finalement avec une très belle vue sur les farés de l’intercontinental d’une part et le coucher du soleil sur Moorea de l’autre côté.

Nous restons à Tahiti jusqu’à dimanche prochain, samedi, nous accueillons à bord, notre Karinou nationale pour 3 semaines! Nous lui avons concocté un programme « d’enfer » au paradis !!! 😉

A plus, pour d’autres nouvelles des îles
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Derniers articles parus

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Sortie dans la houle. La meilleure façon de tester l'équilibre et la planche 1.5 mètre de houleDeux heures de contemplation sur l'eauDépart d'Amélie par 10 degrés, il faut une bonne motivation pour...

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Depuis que je fais du paddle, jamais la Méditerranée ne se s'est montrée plus douce, plus tendre que ce jour-là! Une journée idéale, où chaque minute est dévorée intensément par chaque sens. Où le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This