WALLIS les traditions ancestrales du kava et les offrandes à l’église

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Un regard sur le monde, du bout de la Plume et de l'objectif. Depuis 2003, Nat partage ses récits et photos de dix années de circumnavigation, puis six ans de vie insulaire dans la Pacifique, à Maurice et Martinique, à présent installée à la frontière entre France et Espagne, l'aventure continue.

25 mai 2012

Bonjour,

Chaque dimanche, les églises font le plein. Jusqu’en 1960, le manque d’assiduité aux messes était puni d’amendes infligées par le roi converti et inspirées par la sainte Église. Chaque office était (et est encore aujourd’hui) surveillé par des « Ofisa » sorte de Garde Suisse, affublé d’une Tao Vala (ceinture de fibre) et d’une lance en bois finement sculpté. Les absents étaient visités par les chefs et prêtres et devaient fournir en compensation de leur impiété : cochons, tarots ou racines d’ignames. Lorsque le contrevenant était trop pauvre, les « inquisiteurs » se servaient à même les gamelles qui cuisaient sur le feu. Ce racket ne prit fin que dans la seconde moitié du vingtième siècle.
Avant les grandes messes qui marquent la vie catholique, les villageois apportent ce que l’on nomme ici leurs « katoaga », ou offrandes. Celles-ci se composent d’un panier tressé de pandanus rempli de racines d’ignames, de tarot et de fruits d’arbres à pain cuits. Sur le panier est posé, le ventre à l’air, un cochon qui a été tué et cuit au « umu » (four enterré) pour l’occasion. Par-dessus le cochon on peut à l’occasion trouver des nattes hautes en couleur. Il n’est pas rare de compter plus de cinquante paniers surmontés de cochons sur le parvis de l’église. Pendant que les chants, très mélodieux s’échappent de la nef, les mouches jouent leur concert autour de la viande qui lentement se faisande au soleil.

Après la messe, les chefs de villages se réunissent, assis sur des nattes en plein soleil, et têtes découvertes, autour de la cérémonie du kava. Cette cérémonie remonte au quinzième siècle et fut instituée par les Tu’i Tonga (rois conquérants tongiens). Elle est à l’origine d’une véritable transformation sociale, qui eut pour but de renforcer l’autorité d’un chef suprême. De montrer la relation subordonnée du peuple au chef devenu « tapu ».

A plus, pour d’autres clin d’oeil sur la mystérieuse et insodable Wallis
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Derniers articles parus

Polonnaruwa, capitale historique du Sri Lanka

Polonnaruwa, capitale historique du Sri Lanka

Polonnaruwa, classée au patrimoine de l’UNESCO, fut la capitale du Sri Lanka dès le Xe siècle de notre ère. Elle tint son rôle central jusqu’au XIIIe siècle. Le site est extraordinaire par ses...

Lac Parakrama Samudra, Polonnaruwa, Sri Lanka

Lac Parakrama Samudra, Polonnaruwa, Sri Lanka

Quelle belle journée ! Entre Sigiriya et Polonnaruwa, le hasard des rencontres nous conduit sur les chemins du bonheur. L’une de nos journées préférées au Sri Lanka.   En route ! Entre Sigiriya...

Sigiriya, Rocher du Lion, Sri Lanka

Sigiriya, Rocher du Lion, Sri Lanka

Sigiriya fascine par son esthétique unique : un monolithe sombre, presque inquiétant, jaillit d'un tapis forestier compact. L'histoire géologique et préhistorique du site mérite un léger détour,...

1 Commentaire

  1. catusse

    Bonjour
    Je prépare un livre sur le cochon, qui devrait paraître en septembre 2019. Dans le # insolite, nous évoquons le katoaga et aimerions pouvoir utiliser une de vos photos.
    Nous ne manquerions pas, bien sûr, d’indiquer votre nom
    Dans l’attente de vous lire et dans l’espoir d’un accord
    Veuillez agréer mes sincères salutations
    Jean Louis Catusse 0677287832

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This