Iya, plage à la roche percée

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Nomades dans l’âme, l’objectif et la plume de Nat se baladent partout : en voilier autour du monde, par les airs d’un continent à l’autre; par les routes sur les chemins du désert, en 4*4 (tente sur le toit), à vélo , à pied ou en paddle. Plume et objectif se rejoignent dans ce blog, pour partager leurs coups de coeur.

7 janvier 2013

Bonjour,

Nous étions hier sur les hauteurs de Yaté, à présent nous dévalons la montagne, traversons la rivière, et nous nous dirigeons vers le sud, le long du littoral.

Rien n’est vraiment indiqué sur la route. Nous remarquons des chemins de terre qui partent vers la mer, mais nous n’osons nous y aventurer de peur de pénétrer dans une propriété privée ou une tribu sans en avoir l’autorisation. Tout le monde nous a tellement conseillé de faire attention, de ne jamais enfreindre les lois coutumières que nous sommes penauds dans la petite voiture de location. La chaussée est bordée de hauts arbres, une végétation magnifique, d’accord, mais elle nous empêche tout panorama sur le « lagon ».

Fous, nous sommes fous! Nous vivons sur son dos en permanence, nous plongeons nos regards dans ses horizons lointains, et tandis que cette végétation nous sépare d’elle, nous la cherchons encore!

Un panneau vient à notre rescousse : « gîte d’Iya ». Nous nous faufilons sur le chemin de terre et arrivons sur un terrain envahi de tentes et clairsemé de bungalows construits à la diable. Les taches d’ombres sous les arbres grouillent de vie, BBQ, tablées d’adultes où toupillent les enfants. Le coin est sympa, mais lorsque nous nous renseignons du prix du logement notre porte-monnaie a des vapeurs subites : 70 euros la nuit (sans petit déjeuner, ni repas) dans une cabane de bois. Je ne suis pas certaine que pour ce prix les sanitaires soient dans la chambre… Il est probable que, comme partout, sur la Nouvelle-Calédonie ils soient dans le jardin.

Ouf!!!!
Le caillou ne connaît pas la crise, le gîte est plein!

Nous laissons tout ce beau monde, et nous partons sur la petite plage, qui, paradoxalement, n’est pas très fréquentée. On ne peut parler de « lagon », la plage baigne dans des eaux translucides, et la barrière de corail qui la défend des vagues de l’océan est si proche qu’on s’y rend à pied. La plage est mignonne, un charme fou ave sa roche percée!

Je me suis régalée à la prendre sous toutes ses coutures, comme l’aurait fait un photographe d’une égérie de mode!
A plus, pour descendre plus au sud encore…
Nat et Dom
(N’oubliez pas de cliquer sur les vignettes pour les agrandir)
http://etoile-de-lune.net/etoiledelune/index.php

Derniers articles parus

Escapad’dle chez Salvador Dalí

Escapad’dle chez Salvador Dalí

Voilà quelque chose de peu commun : se retrouver au pied de la maison de Dali avec Te Mana! Portlligat l'antre du maîtreLe rêve d'un été sans fin ...En cet automne qui se prend pour l'été, Te Mana...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This