HUAHINE : les anguilles sacrées, de sacré s morceaux!

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Un regard sur le monde, du bout de la Plume et de l'objectif. Depuis 2003, Nat partage ses récits et photos de dix années de circumnavigation, puis six ans de vie insulaire dans la Pacifique, à Maurice et Martinique, à présent installée à la frontière entre France et Espagne, l'aventure continue.

8 avril 2012

Bonjour,

Les habitants les nomment puhi tari’a. Ce sont des anguilles à oreilles qui s’ébattent dans une rivière dont le niveau ne dépasse guerre 30 centimètres de hauteur. Elles aiment se perdre dans les racines enchevêtrées des grands Mape du rivage.

Pourquoi sont-elles sacrées?
D’habitude, j’aime, même si cela manque de précision, trouver une personne sur place qui me raconte les légendes et vous retranscrire ces histoires racontées sur un pas de porte. Je n’ai pas eu cette chance à Huahine, alors je vous livre l’excellent texte, édité dans le site « Tahiti Héritage » (et communiqué par Michel, merci à lui), qui est un incontournable en ce qui concerne la culture maohie.

« La population interprète leur présence comme un don divin et la promesse d’une vie d’abondance.

L’anguille à oreilles ou puhi tari’a est un motif culturel qui occupe une place prépondérante dans la mythologie polynésienne. Ainsi, plusieurs versions racontent l’origine du cocotier au travers du thème d’une anguille divine, donc prestigieuse et sacrée, de la tête de laquelle aurait germé le premier cocotier, arbre de vie par excellence aux usages multiples et bienfaiteurs.

Puhi en tahitien est une notion qui renvoie au concept de matrice (pu) d’où jaillit (hi) la matière, les éléments, les êtres. L’anguille serait donc perçue tel un réceptacle d’où jaillirait la vie, et qui aurait été originellement créée in illo tempore, à partir des intestins de Ta’aroa, divinité première et tutélaire qui créa l’Univers polynésien, toute chose et tout être. Manava en tahitien, les intestins, les entrailles, sont considérés par les Polynésiens comme étant le siège des émotions les plus fortes, de la toute puissance spirituelle et vitale de l’individu.
Préservées, choyées voire divinisées par les Polynésiens, la présence de puhi tari’a dans un ruisseau, un cours d’eau, une source, etc, est signe de vie et d’abondance, celles-ci participant d’ailleurs à la pureté de l’eau qu’elles filtrent tout comme les « chevrettes » ou crevettes d’eau douce locales. »
http://www.tahitiheritage.pf/fiche-anguilles-sacres-puhi-taria-24444.htm

A plus, pour d’autres nouvelles des îles,
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Derniers articles parus

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Sortie dans la houle. La meilleure façon de tester l'équilibre et la planche 1.5 mètre de houleDeux heures de contemplation sur l'eauDépart d'Amélie par 10 degrés, il faut une bonne motivation pour...

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Depuis que je fais du paddle, jamais la Méditerranée ne se s'est montrée plus douce, plus tendre que ce jour-là! Une journée idéale, où chaque minute est dévorée intensément par chaque sens. Où le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This