BENITIER merveille du lagon

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Un regard sur le monde, du bout de la Plume et de l'objectif. Depuis 2003, Nat partage ses récits et photos de dix années de circumnavigation, puis six ans de vie insulaire dans la Pacifique, à Maurice et Martinique, à présent installée à la frontière entre France et Espagne, l'aventure continue.

27 octobre 2011

Bonjour,

Nous avons tous des idées qui trainent dans les tiroirs de nos rêves. Moi, j’associais la Polynésie aux bénitiers. Mon rêve était de voir ces animaux colorés accrochés au récif. Le premier que j’ai vu était vide, il s’est offert à moi en souvenir aux Tuamotu. Puis, d’île en île, nous en avons rencontré sous la surface de l’eau. Je ne me lasse pas d’observer ce qui est considéré comme le plus gros coquillage du monde pouvant mesurer jusqu’à 1.5 m et peser 250 kilos. Je n’ai vu aucun spécimen de cette taille, j’ai pensé que nous n’en verrions jamais, tant « on nous avait dit » qu’ils avaient été pêchés, pour leur chair, leur coquille transformée en nucléus insérés dans les huîtres pour qu’elles offrent les perles dites de Tahiti…

Mais il faut toujours se méfier des « on-dit que ». En réalité nous en avons observés des quantités, de l’infiniment petit aux tailles moyennes. Ce gros mollusque bivalve ou « Tridacna gigas » a été surnommé bénitier, en raison de son utilisation première dans les Eglises. Cette espèce comestible a été mise sous haute surveillance, car elle a frôlé de près la voie de l’extinction. Aux vues des quantités observées, il semble que ces précautions fonctionnent.

Une question me taraude tandis que nous nageons en les observant : « comment, ce mollusque parvient-il à insérer sa coquille dans le ciment du récif? »

Le « bébé » bénitier secrète une touffe de filaments qui se faufile au travers de la charnière de la coquille, et fixe celle-ci aux fonds sous-marins. Après cette « installation », le bénitier n’effectuera plus aucun déplacement. Autour de lui, les coraux, éponges, algues grandissent et procurent un écran qui dissimule la coquille dont seuls les bords supérieurs dépassent. Le manteau brillant et coloré déborde des deux valves, laissant apparaître des teintes irisées de brun, jaune, rouge, vert, bleu électrique, bleu sombre…

Ces animaux filtrent l’eau en permanence au moyen de deux siphons visibles dans l’entrebâillement au coeur du manteau. Ils se nourrissent d’organismes microscopiques en suspension dans l’eau, essentiellement du phytoplancton. Ils vivent au sein du récif corallien peu profond de 50cm à 15 mètres.

Le bénitier est hermaphrodite. Le tridacne démarre sa vie en tant que mâle, et il la finit en tant que femelle. « Les ovules et les spermatozoïdes sont rejetés dans le milieu externe par des mouvements de contractions qui durent deux à trois minutes. La reproduction est fixée sur le cycle lunaire, et se déroule durant la pleine lune, la nouvelle lune et le dernier quartier. »
(extrait de : http://www.pratique.fr/benitier-plus-gros-coquillages.html)

A plus, pour la suite de la saga des ISL
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Derniers articles parus

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Escapad’dle : Test d’équilibre dans la houle

Sortie dans la houle. La meilleure façon de tester l'équilibre et la planche 1.5 mètre de houleDeux heures de contemplation sur l'eauDépart d'Amélie par 10 degrés, il faut une bonne motivation pour...

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Escapad’dle à l’Île des vieilles

Depuis que je fais du paddle, jamais la Méditerranée ne se s'est montrée plus douce, plus tendre que ce jour-là! Une journée idéale, où chaque minute est dévorée intensément par chaque sens. Où le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This