L’Amitié au cœur des lavandes. Une journée parfaite en Drôme provençale

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

6 juillet 2021

Je dédie ce blog à Dany et Hubert. Votre affection, et cette journée occupent une place particulière dans mon coeur. Son souvenir est une fleur, que je conserve précieusement, aussi soigneusement que la Rose du Petit Prince. Merci

Qu’il est bon de retrouver nos amis Dany et Hubert en Drôme! De passage dans la région, nous sautons par-dessus le Rhône et plongeons au coeur de la Drôme pour rejoindre nos amis dans un « safari lavande » dont ils nous dévoilent tous les délicieux secrets. Hubert a sorti son 4*4 de 25 ans d’âge pour l’occasion. Nous cheminons dans un bocage harmonieux qui embaume les genêts. Quel ravissement! Les collines en amphithéâtre, véritables remparts contre le mistral, forment un écrin de doux contrastes. Senteurs, contours, couleurs tout n’est qu’harmonie.

On a envie de s’arrêter partout, de capturer l’éphémère éclat d’un coquelicot au coeur d’épis de lavande. De se blottir à l’ombre d’un bosquet de genêts et de s’enivrer de leur parfum. De s’assoir au creux des vagues de lavande et d’écouter les abeilles butiner. D’arrêter le temps, pour que ce moment en si agréable compagnie dure plus longtemps.

Nous grimpons à l’assaut de Clansayes. Au sommet des collines se dévoile la mosaïque des champs de lavande côtoyant l’or des blés mûrs. Depuis 10 000 ans les Humains se succèdent dans ce décor, exploitant ses richesses et transformant peu à peu la Nature originelle. Le village de Clansayes est enchâssé dans le dôme de la colline. Les ruelles à l’ombre des maisons de pierres, les arcades voûtées où la brise s’engouffre sont de véritables havres de fraîcheur.

Les maisons cossues et admirablement entretenues, l’église romane Saint-Michel, lovée depuis le XIe siècle au pied du donjon, lui-même surmonté de l’imposante vierge, tout semble immuable! Et pourtant, ce village a failli ne pas traverser les siècles. En juin 1772, un violent tremblement de terre secoue la région. Clansayes en est l’épicentre. Seules les deux tours et l’église résistent. Les vestiges du Moyen-Âge veillent sur le village abandonné pendant plus d’une décennie. 

En 1794, les révolutionnaires désireux d’éradiquer tous les symboles féodaux ordonnent la démolition des restes du château de Clansayes. Mais le donjon ayant résisté aux forces dantesques de la Nature, ne se laissera pas mettre à terre par quelques humains hargneux. « Les démolisseurs, après avoir abattu le chemin de ronde côté ouest, reculent devant la solidité de l’édifice. »

Le Donjon doit sa pérennité à une conception unique au monde. Pour s’en convaincre, laissons la parole aux spécialistes : « Le donjon de Clansayes est un ouvrage tout à fait exceptionnel, à la fois par le raffinement de sa conception technique et par le soin apporté à son exécution : le plan carré traditionnel a été flanqué de quatre gros contreforts médians, qui servent de support, au deux tiers de la hauteur de la tour, à un chemin de ronde de plan octogonal, sur mâchicoulis. » (Michel Colardelle conservateur général du patrimoine 2004)

Néanmoins ce donjon hors du commun, n’est pas le centre d’intérêt, à première vue. Celle qui monopolise l’attention c’est la Vierge qui le surplombe. Visible de loin, elle est bien plus récente, et n’a subi ni tremblement de terre ni Révolution. Après la longue période d’abandon qui suivit le séisme, le village reprend vie. En 1853, à l’initiative du curé de l’époque, les Clansayais hissent à 15 mètres, en haut du donjon, 12 tonnes de blocs de pierre sculptés par des moines d’Aiguebelle. Depuis ce jour, défiant les caprices de la Nature, la Vierge déploie ses grandes mains protectrices sur la Région.

La journée file comme l’eau d’un torrent, et nos amis nous détournent du divin regard, pour nous emmener vers deux autres joyaux, parmi tant d’autres que recèle cette région.

Au pied du village de Grignan, comment ne pas s’arrêter dans ce champ de lavande qui offre un avant de plan de rêve à ce village ?

Le château, aux allures versaillaises, fut celui de la comtesse de Grignan, fille d’une illustre plume, la Marquise de Sévigné, qui marqua les esprits à jamais. Cette dernière, honore de sa présence éternelle le coeur même de la collégiale Saint Sauveur dont le parvis en damier ouvre une perspective sur l’âme même de la Provence. Nous n’avons pas le temps de visiter le château, mais un détour dans le village assaisonne notre balade d’un goût de « revenez-y ». Les rosiers qui ornent les murs de pierre et enjambent les portes voûtées sont autant d’invitations à flâner à l’ombre des ruelles. Le lavoir est une pure merveille tout en rondeur.

Nous finissons la journée à la Garde Adhémar au pied de l’église Saint-Michel, témoin de l’architecture romane provençale du XIIe siècle, un jardin médicinal s’étage sur près de 3000 m². Nous déambulons entre sauges, lavandes, géraniums et quelques 200 espèces de plantes encore utilisées dans la pharmacopée du XXIe siècle.

Le soleil, bien que déclinant, conserve toute sa force, il fait à 18h, 40 degrés. La brise peine à climatiser la Provence, et nous repassons le Rhône, tard en journée, nous éloignant de nos amis et de cette journée parfaite qui diffuse telle une brassée de lavande, son parfum puissant dans nos coeurs.

Souces pour écrire ce blog

https://www.clansayes.fr/images/donjon/DonjonV4.pdfhttps://www.clansayes.fr/index.php/vivre-a-clansayes/un-peu-d-histoirehttps://www.clansayes.fr/images/eglise/EgliseV3.pdf

Dany et Nat 
vous invitent
à feuilleter leur album photo

Un Rendez-vous d’Amitié vers des pépites inédites

mm

Tout en bas de cette page, un espace vous est dédié. Laissez libre cours à votre Plume, je serai heureuse de vous lire et de vous répondre. Chaque commentaire sera publié après un léger délais. 
C’est à vous … 

Derniers Articles Toutes Rubriques Confondues

La piscine naturelle du Mondony

La piscine naturelle du Mondony

La piscine naturelle du Mondony se cache derrière le village d'Amélie. Impossible de déceler sa présence ! Bien cachée...

2 Commentaires

  1. Dany Frejaville

    Un joyeux souvenir d’une journée au milieu des lavandes, si bien raconté et illustré, merci ma tamahine pour ce touchant cadeau.

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci à toi et Hubert de nous avoir accueillis à bras ouverts dans ce safari savamment orchestré

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This