Un voyage sous de bons augures

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Un regard sur le monde, du bout de la Plume et de l'objectif. Depuis 2003, Nat partage ses récits de dix années de circumnavigation, puis quatre ans de vie insulaire sur Maurice et Martinique, à présent installée à la frontière entre France et Espagne, l'aventure du partage continue.

4 avril 2021

Arrivés en pleine nuit à Colombo. Réveil en fanfare du patron de la guest-house qui avait promis mordicus par mail qu’il y aurait quelqu’un pour nous récupérer à l’aéroport! Mais il nous a oublié, ça c’est un classique du voyage!

Contents de trouver un matelas à 3 heures du mat.

10h30 locale, réveil endolori, comme shooté par l’ambiance humide et chaude. Pas un bruit autour de nous, les 4 bungalows sont sertis dans un écrin de végétation. Nous avons du mal à imaginer que la capitale et les routes bruyantes sont si proches. Nous nous sentons protégés sous la haute frondaison des cocotiers. Envie de nous lover dans ce cocon chaud.

On se la joue cool. Pas de panique, on récupère.

C’est pas notre genre de nous ruer dans un road trip, dès notre arrivée. La priorité du jour est de nous adapter… à l’ambiance, à l’environnement, au décalage, et à la température de l’eau de la piscine.

Petit tour d’horizon pour trouver deux bouilles à sourires : Tharaka et Dasu

Tharaka est mort de rire en nous imaginant sortir du lit son patron pendant la nuit. A la réception, pendant les formalités d’accueil, je suis étonnée de voir derrière son bureau, une photo : les Seychelles (?)

Forcément, notre « ailleurs » n’est pas le leur !

Tharaka nous chouchoute. Il nous prépare une bonne salade de fruits. Puis me voit regarder l’arbre à caramboles, et il m’en cueille pour m’en servir aussitôt. Il apprend que nous aimons le corosol, et il en cherche partout, mais ce n’est pas encore la saison. Il est d’une curiosité adorable et irrésistible. Il veut tout savoir de nous, comme si nous étions ses premiers clients. Il est vrai que nous sommes seuls dans la guest-house, et il a du temps. Il nous raconte son parcours, et ses projets, il étudie en même temps qu’il effectue un stage ici. Immédiatement, des liens se forgent. Et ils ne sont pas commerciaux, au jour où j’écris ce blog, plus d’un an après, Tharaka nous écrit très régulièrement, se souciant de nous, de ce qu’il se passe en France. Nous donnant des nouvelles de sa famille, de sa maman particulièrement, et de la situation dans le pays. Mais, n’allons pas trop vite. En ce premier jour, nous ne savons pas encore qu’une longue amitié est en train de se nouer. Et, nous découvrons un jeune homme bienveillant et fraternel.

Dans l’après-midi, alors que nous décidons de sortir de l’enceinte douillette, Dasu nous rattrape par la manche. Impossible à ses yeux qu’on se balade sans lui. Nous déambulons dans les risières, il s’amuse de ma manie à figer mon objectif sur tout, tout ce qui pour lui est quotidien, de l’ordre du banal. Je le rassure, je fais pareil chez moi. Il parle peu l’anglais, mais on arrive à se comprendre, par de grands sourires qui dégénèrent en éclats de rire.

A la fin de la balade… nous sommes surpris, il veut son selfie avec nous! Ce sera le premier d’une lonnnnngue série !

Les heures filent, nos repas se passent « en famille », avec Tharaka.

 

 Attention !
N’oubliez pas, ici ce n’est pas le pays des baguettes !

Beaucoup de voyageurs pensent faire plaisir à leurs hôtes en demandant des baguettes pour déguster les plats locaux. Naturellement serviables, ils tenteront de vous faire plaisir en vous fournissant ces ustensiles, mais cette démarche ne vous donnera pas des airs de « je me la joue locale », tout au contraire. Ici on mange avec la main droite, ou avec cueillère/fourchette. Adieu donc les envies de mikado et nous perdons très vite l’habitude de nous servir d’un couteau. Il n’y a plus qu’à adapter le palais aux plats pimentés, ils sont nombreux et délicieux.

Il est temps de passer aux choses sérieuses …

Au bout de 36 heures d’acclimatation, notre loueur, qui lui n’a pas oublié son rendez-vous, vient nous chercher. Nous découvrons le véhicule qui nous mènera tout au long de l’itinéraire que nous avons dessiné.

Pensez-vous que nous ayons loué ce modèle ?

Le patron de la Pension est un fan des voitures de collection.  Nous partirons à bord d’une voiture beaucoup  plus ordinaire (Détails sur le Road Trip) 

Dès la sortie de l’emplacement de stationnement, nous sommes plongés dans la circulation, fini de se la couler douce pour Dom, qui devra non seulement rouler à gauche avec conduite à droite, mais se fondre dans le brouhaha des klaxons. Il devra également s’ajuster à l’interprétation sri-lankaise du code de la route. Les règlementations, panneaux, et signaux existent, mais tout se joue lors de la subtile traduction que les usagers locaux en font. Autant le dire clairement, conduire au Sri-Lanka, est une aventure à part entière dans le voyage, qui requiert concentration, flair, habileté, sagacité.

Au moment de saluer notre hôte, Tharaka nous remet un sachet, qu’il nous demande d’ouvrir plus tard. Conscient que nous avions complètement zappé le 14 février, il a une attention que nous n’oublierons jamais.

 

Décidément ce voyage commence sous de bons augures.

Les photos de ce diapo ne sont malheureusement pas visibles sur téléphone. Elles le sont sur tablette et ordinateur

C'était le rêve de Dom

Quand on s’est rencontrés, l’une des premières choses que Dom m’a dite, c’est : « A 45 ans, je pars sous un cocotier à Sri Lanka

Il avait voyagé dans les années 1980 vers cette île. La gentillesse de la population, l’été éternel, et le coût de la vie, lui avaient inspiré cette envie. Il disait : « avec la location de mon appart. Ça me fait un petit revenu mensuel, largement suffisant pour vivre là-bas. »

Entre-temps, les rêves changent, la vie nous met en face des réalités, et … aux carrefours des expériences, on biffurque vers d’autres horizons.

Néanmoins,  nous gardons une tendresse particulière pour cette île. Y revenir 30 ans après est un grand test :  « Sera-t-elle toujours aussi attachante? »

Réserve d'eau de la pension

L’eau manque, la saison sèche est longue. Chacun doit veiller à sa réserve d’eau.

Premières images

L’ambiance des Tropiques est là !

Une vache attachée, un merle des Molluques sur le dos, et des hérons pique-boeufs tout autour d’elle.

Le Régime de bananes

Aux abords des maisons, dans les jardins, sur les bords de route, les plantes nourricières sont la survie de tout un peuple.

Petit mot aux voyageurs :

Lorsque vous voyez un régime de bananes, sachez que sous ces latitudes, ils appartiennent toujours à quelqu’un.

Certains sont tentés de le couper et de l’emporter. Votre geste prive une famille ! Ne l’oubliez jamais. Ne prélevez jamais dans la nature quelques fruits ou denrées qui vous paraissent « à portée ». Demandez toujours alentours, avant de vous servir !

Le Cadeau de Tharaka

Pour notre Saint valentin Tharaka nous offre ce bateau. Ce geste m’émeut, tant, sachant qu’il est payé au lance-pierre par son patron. Et qu’il a encore devant lui tant d’épreuves à surmonter avant de décrocher son diplome pour voler de ses propres ailes.
Une touchante et émouvante amitié qui commence

Le mot de Tharaka

A suivre …
le prochain épisode nous emmènera au coeur de Sri Lanka. Nous quitterons la capitale, pour gagner la montagne et une première étape sur Ratnapura. « The place to be » pour découvrir de vrais trésors …

 

Derniers Articles Toutes Rubriques Confondues

Ce petit coin bien à vous

Ce petit coin bien à vous

Trouvez-vous un petit coin sympa, un endroit rien qu'à vous et vivez-le comme hors du temps, hors du monde, hors des...

Traverser les vagues

Traverser les vagues

Certaines vagues nous font plonger et accuser le coup, elles ralentissent l'allure ou stoppent le bateau net ! Mais il...

Le coeurdonnier, c’est nous…

Le coeurdonnier, c’est nous…

Vous connaissez l'image du coeurdonnier... J'aime beaucoup l'idée de réparer les cœurs. Dans son atelier patiemment,...

12 Commentaires

  1. pierre

    également de bon augure ce blog, hâte de lire la suite

    Réponse
  2. Mireille

    très agréable ce moment passé avec vous, on ressent la gentillesse au travers des regards

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      heureuse que ce blog t’ai apporté un moment chaleureux, bonne soirée

      Réponse
  3. guy

    je pensais que partout en Asie on mangeait avec des baguettes. merci pour ces précisions

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Hé non, leur usage est traditionnel au Vietnam, en Chine, au Japon et en Corée. Bonne soirée

      Réponse
  4. Matelo

    Merci Nat pour ce blog très chaleureux et riche en émotions…
    Merci pour ce beau voyage et cette belle aventure

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      avec plaisir Françoise, heureuse que tu apprécies, à bientôt pour poursuivre l’aventure

      Réponse
  5. alain achard

    Très dépaysant, vivement la suite du voyage, je veux découvrir ce pays

    Réponse
  6. REVEL Sylvie

    Vraiment je comprends le rêve de Dom! Nous aurions bien pu avoir le même, surtout à cette époque-là!
    Finalement, votre itinéraire ciblé vous aura permis de retrouver ce charme et cette authenticité rencontrés auparavant… et cette belle rencontre avec Tharaka en est la preuve !
    Hélas, on n’imaginait pas alors ce qui bloque le monde aujourd’hui ! Merci de nous faire voyager en cette période compliquée!

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      J’avoue que la situation « compliquée » actuelle, est en toile de fond tout le long du récit. Je m’astreins à ne pas y faire référence, jusqu’au dénouement… mais c’est tout à fait vrai, ces jours-là on était bien en peine d’imaginer ce qui suivrait ! Alors continuons le voyage d’une autre manière … 😉

      Réponse

Laissez une réponse à Matelo Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This