Formentere, à la découverte d’une gare fantôme

fORMENTERA, randonnée, Canigou, Pyrénées orientales, L'Oasis de Nat
Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

6 février 2021

Boucle Montbolo Col de la Reducta Formentere Montbolo

Départ : N 42.485195°/E 2.65497°
Distance : 12km
Dénivelé positif : 530 m
Dénivelé négatif : 530m
Point haut : 1125m
Point bas : 593m
Niveau : une bonne forme physique
Période de l’année : janvier

Aujourd’hui, je vous emmène sillonner les sentiers du Vallespir, entre neige et mer ; entre passé oublié et immensité du Silence.

Nous démarrons notre randonnée juste au-dessus de notre sweet home amélien, à Montbolo. La sérénité de ce village est si intimidante, qu’on y chuchote. Le moindre faux pas y résonne.

Le ciel azuréen, l’air vif nous donnent des ailes pour gravir le chemin qui se faufile dans la forêt. Des fenêtres végétales s’ouvrent sur la plaine de Céret, le regard court sur un panorama infini, il s’égare du côté de la frontière espagnole, il chevauche le massif des Albères, et s’évade sur l’horizon méditerranéen.

Rapidement, nous quittons le confort et la chaleur des versants exposés au soleil, et nous nous retrouvons les pieds dans la neige. Cette coquine se niche dans l’ombre des pentes, elle y fait de la résistance depuis une quinzaine de jours. La progression n’est pas toujours aisée, surtout lorsque le sentier abrupt hésite entre roches humides et plaques de glaces, entre boue collante et neige durcie.

Depuis le chemin, vue sur Amélie en contre-bas, la vallée du Vallespir, Céret, le massif des Albères à la frontière espagnole qui se jette par la côte Vermeille dans la Méditerranée
Les pieds dans la neige, tout en gardant un oeil sur la vallée et la Méditerranée où en ce mois de janvier les après-midi sont chaude (20 degrés et plus)

Au bout du chemin, la récompense est là. Le massif du Canigó perce de sa dent blanche le bleu du ciel. La montagne sacrée des Catalans n’est pas seule, remparée derrière ses fidèles contreforts que sont les Pics del Roc Negre (2714 m) et Pic Rojta (2724 m), elle pointe timidement son sommet sur l’arrière droit du massif.

Quelle majesté!
Avides de plonger le regard dans les mystères de cette chaîne de pyramides immaculées, nous franchissons le dénivelé de 600m sans y penser. Les bâtons de randonnées tels des zombies, se plantent tantôt dans la neige, tantôt dans la boue et nous conduisent jusqu’au village fantôme de Formentera lové dans son col à 1150 m.

A l'approche de la gare de Formentera, altitude 1160m (à droite du sapin) , le massif du Canigou, altitude 2784m  (à gauche du sapin)

Formentera fut, jusqu’au début du XXe siècle, une gare industrielle qui assurait l’acheminement du fer des mines voisines.

Depuis l’Antiquité, le massif du Canigó est exploité pour son minerai. De belle qualité, le fer catalan a su s’imposer dans l’armement, l’outillage. Il donne aux entrées des églises et abbayes romanes de la région ce cachet si particulier. Il se montre aux balcons des demeures les plus luxueuses. Il se hisse aussi sur la plus haute marche de l’ornement, lorsqu’il est choisi pour façonner les grilles du château de Versailles.

Le « fer doux » catalan a forgé les heures de gloire de la Région, il a métamorphosé les montagnes qui lui concédèrent leurs forêts luxuriantes. Il fallut une détermination à toute épreuve, pour exploiter et acheminer le minerai, dans ces contrées escarpées où le transport fut un défi permanent et un pari financier risqué. La ligne Rapaloum-Formentera acheminait les minerais provenant des mines de La Pinosa, de Rapaloum et des Ménerots. Elle fut construite au XIXe siècle. Les autres mines, telles que Batère, étaient reliées par des téléphériques aux villages du fond de la vallée comme Arles-sur-Tech. Au début du XXe siècle, la crise financière eut raison de l’exploitation de fer en pays catalan. La gare de Formentera cessa toute activité vers 1931.

Dès lors, les explosions des mines, les fracas des forges, les crissements des roues sur les rails, les hurlements des charriots se turent. Les mineurs redescendirent dans la vallée ou repartirent vers leur région natale. La forêt reconquit son territoire, un voile de sérénité enveloppa les montagnes, la nature émergea presque intacte de ce long asservissement. Si ce ne sont ces quelques ruines, témoins de son exploitation, elle semble avoir tout oublié, ou du moins, avoir pardonné les blessures subies. Aujourd’hui, elle s’offre dans une générosité virginale aux contemplatifs.

Un pique-nique contemplatif à 1189 m d'altitude, vue imprenable sur le début de la chaîne pyrénéenne qui sépare la France de l'Espagne

On a envie de planter la tente au coeur du col de Formentera et d’y rester pour d’admirer le repli nocturne du soleil derrière le Canigó, ou, demain, son lever sur la Méditerranée. Peut-être un jour ? Mais pas en ce mois de janvier! Il est temps de redescendre, le soleil a déjà pris une belle inclinaison, il propage ses ombres et lumières sur la vallée de Mondony, le Roc Saint-Sauveur et le Roc de Fraussa ou (Roc de France) crêtes qui séparent la France de l’Espagne. Le village de Montalba, perdu dans les plis de la montagne, accueille les dernières lueurs du jour.

Le fer doux catalan, donne aux entrées des églises et abbayes romanes de la région ce cachet si particulier. Porte de l'Eglise de Palalda (XIIe siècle)
Four de la forge de Formentera
Reprendre la route dans un décor somptueux

Nous bouclons cette randonnée à notre point de départ : Montbolo, maître de son silence. Nous nous éclipsons sur la pointe des pieds, le corps alourdi par l’effort, l’esprit léger de tant de belles images.

À bientôt pour d’autres balades, dans nos belles Pyrénées.

Rejoignez-nous dans l’album photo

 évadez-vous sur les sentiers

goûtez au calme et à l’immensité

 

13 Commentaires

  1. REVEL Sylvie

    Ce blog est enchanteur et instructif! En ces temps difficiles, vos belles ascensions illustrées nous projettent bien au-delà de la morosité.
    Merci pour ces superbes clichés et textes associés! Un plaisir d’y accéder!
    La rétrospective 2020 nous fait oublier ce qui est à oublier pour ne contempler que le Beau et nous réjouir de vous retrouver tous les deux, nos voyageurs préférés!

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Bonjour Sylvie, merci pour ton message, et ta balade au travers du blog, entre un autre regard sur 2020, et un peu de recul sur les hauteurs pour y trouver la sérénité « d’un autre monde »

      Réponse
  2. Dominique Chevallier

    Bonjour vous deux,

    Je me suis promener bien au chaud mais c’est comme j’y étais c’est si beau .
    J’ai senti le mimosa, entendu la neige craqueler sous vos pieds
    Vos ooooh que c’est beau…… Regarde le Canigou……

    Ce fut un beau dépaysement , merci et belle soirée à vous deux.

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Comme tu as raison, nous n’avons cessé de nous extasier, et même de nous égosiller à en faire résonner la montagne

      Réponse
  3. Fréjaville Dany

    Superbe randonnée sportive, j’ai beaucoup aimé te lire, vous voir au milieu de ces majestueuses montagnes, votre énergie fait un bien immense, merci Nat et Dom.

    Réponse
  4. Fréjaville

    Une superbe randonnée sportive, un bonheur de vous voir de te lire, au milieu de ces montagnes, vous dégagez une énergie positive qui nous fait un immense bien, bravos pour vos talents..
    Merci….

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci Dany pour ton message tellement adorable, espérant faire un jour cette belle rando avec toi

      Réponse
  5. Josy

    merci pour cette belle balade dans vos montagnes. belle evasion

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Merci en retour Josy, et à bientôt pour d’autres aventures

      Réponse
  6. Pat et Chris

    Nous souhaitons que vous fassiez plein de randonnées, afin que nous en profitions au travers de vos partages. encore, encore …
    et merci

    Réponse
  7. Claude

    Un bel article, de belles photos, je viens de passer un très agréable moment, merci

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This