Tibarama, Poindimié

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

11 février 2013

Bonjour,

L’ambiance de la Côte Nord-Est est radicalement différente de celles que l’on trouve partout ailleurs sur le « caillou ». Ici, nous n’avons plus l’impression de vivre dans la poussière et la caillasse. Ici, la végétation amortit tous les sons, enveloppe voluptueusement tous les reliefs, se laisse savourer du regard avec générosité. Partout les fleurs s’ébattent dans une jolie pagaille polychrome. Les routes sont serties d’un écran épais qui empêche souvent de profiter du lagon.

Une caractéristique de plus qui distingue la Nouvelle-Calédonie : elle n’est pas tournée vers son lagon. Les routes sont bâties sur le rivage, mais assez loin pour qu’un rideau énorme se dresse entre elle et le lagon. Quelques rares plages sont accessibles et publiques, mais elles ne sont pas représentatives du potentiel qu’offre la côte.

Un bateau à moteur rapide est sans doute le meilleur moyen de profiter de l’immense mer intérieure comprise entre la barrière de corail et le rivage. Car au bord de la plage, l’eau est souvent glauque, sans doute le refuge de quelques requins-bull-dog. Si on la trouve plus claire, les rouleaux d’écume s’enroulent si bien sur le sable qu’ils dissuadent la plupart des baigneurs.

Sur le plan d’eau sont disséminés des îlots tapissés de pins colonaires, qui écrasent de leur gigantisme les cocotiers les plus fringants. Autour de ces bancs de sable, l’eau est claire, les petits poissons multicolores vivaces égayent les baignades. Des paradis lilliputiens qui ne se laissent aborder qu’en vedettes rapides.

Lors de notre séjour sur Poindimié, on nous avait conseillé de visiter la vallée de la Tchampa plus au sud. Sincèrement, elle ne nous a pas emballés, elle ressemble à une « Bourgogne » tropicale, vallonnée, parcourue de rivières, dans un vert végétal sans nuances où paissent de nombreux bovidés. Nous avons vécu 10 ans en Bourgogne et ne trouvons pas dans cette vallée une quelconque originalité. Nous nous en extirpons bien vite, pour retrouver une vue plus ludique sur l’îlot Tibarama.

Les arbres rouges que vous trouverez dans la galerie de photo se nomment ici « flammes d’Australie ».

Nat et Dom
http://etoile-de-lune.net/etoiledelune/index.php
Pour ceux qui aiment situer sur une carte n’hésitez pas à l’agrandir
carte_nouvelle caledonie

A lire également…

Saison flamboyante

Saison flamboyante

"Flamboyante floraison, étincelante joie aux couleurs de l'amour, portée en étendard de nos îles, alors même qu'elles...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This