Les eaux rouges de Pont Providence (côte sud est)

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

8 janvier 2013

Bonjour,

Forts de notre avancée vers le rivage et la petite plage d’Iya, nous repartons vers le sud. La route est toujours sertie d’une abondante végétation qui nous isole de l’océan. Un autre chemin s’aventure vers le littoral et nous arrivons à pont Providence. Total changement d’ambiance!

Sur Iya la musique, les cris des enfants, les jeux des chiots, le repas des adultes emplissaient l’air. Ici… pas un bruit, même le vent semble hésiter à s’aventurer dans les arbres de peur de briser le silence.

Au moment où nous engageons dans le chemin, nous entendons retentir un coup de sifflet, nous nous retournons, mais ne voyons personne. Un cimetière… Nous doutons fort que l’un de ses pensionnaires nous signale une quelconque méprise. Nous débouchons sur une grande esplanade où une chapelle se dresse et son campanile a cessé de rivaliser avec la hauteur des Araucarias. Tous les Kanaks du village semblent réunis sous un auvent de tôle en bordure du rivage. Personne ne nous jette un oeil, nous cherchons de regards, qui nous signalerait l’opportunité ou l’inopportunité de notre présence. Rien, pas une marque.

Cette ambiance nous change radicalement de tout ce que nous avons connu dans le Pacifique et nous perd un peu. Les Kanaks sont de nature très timide, tout simplement. Et nous ne voulons en rien les déranger, nous ne sommes que des ombres de passage espérant commettre le moins d’impairs possible.

Des enfants jouent sur le rivage, nous croisons une petite troupe, elle ne répond pas à nos « bonjours ». Je sens plus de gêne que d’indifférence. Je prends quelques photos de la baie et de cette teinte ocre qui se propage sur le lagon. Décidément ici, tout est rouge, même l’eau!

Nous battons en retraite, le plus discrètement possible et repartons vers le sud.

A plus, pour la suite de cette balade à l’humeur très spéciale
Nat et Dom
http://etoile-de-lune.net/etoiledelune/index.php

A lire également…

Saison flamboyante

Saison flamboyante

"Flamboyante floraison, étincelante joie aux couleurs de l'amour, portée en étendard de nos îles, alors même qu'elles...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This