FIJI : Yasawa départ pour le sud, les îles Waya

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

24 septembre 2012

Bonjour,

Nous quittons Korovou et l’île de Naviti, pour rallier, la plus sud des Yasawa : Waya Lai Lai. Ce monde lilliputien est géré par quatre clans. Ils se partagent les bénéfices d’un « lodge » aux normes « standard des grandes îles « occidentalisées » types Australie et Nouvelle-Zélande. J’insiste, il appartient non pas à des grandes compagnies étrangères, mais à des familles locales (!) Ce lodge s’étend sur une grande plage au pied d’un mont qui a de curieux airs de Montpellier le Vieux. Des roches aux allures anthropomorphes jaillissent d’une végétation généreuse. Visiblement, ces îles sont plus arrosées que celles du nord. En effet, quittant Naviti, le temps se gâte, le ciel évoque des voies mystiques. Il donne à l’océan des allures de lac des Highlands et aux îles des nuances écossaises. On chercherait dans les eaux sombres et profondes l’ombre du monstre du Loch Ness.

A l’arrivée à Waya Lai Lai, nous sommes accueillis par les membres du clan Tagova. C’est le plus petit clan de l’île, il ne compte « que » 8 familles. Nous sommes soulagés lorsque nous découvrons que nous ne logerons pas dans le lodge « standard ». Tui et Mary nous emmènent plus loin, vers une plage intime, lovée entre de gros rochers noirs. Quatre bures enfouis sous les cocotiers nous tendent les bras. Ce sont des maisons miniatures, nous disponsons d’un petit salon, donnant sur un patio ombragé qui regarde au travers des palmes des cocotiers et des feuilles de bananiers sur la mer.

L’ensemble est charmant. Immédiatement la famille nous fait nous sentir chez nous. Ils nous chantent à la veillée, sous un ciel qui s’est soudain dégagé pour laisser briller des milliers d’étoiles, des chansons traditionnelles en langue Yasawa.

Pour notre dernière escale, nous pressentons que nous serons bien, très très bien!!!!
A plus,
Nat et Dom

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

etoiledelune

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This