VANUATU : une machette alimentaire

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

4 août 2012

Bonjour

Lorsque l’on croise un Ni-Van en-dehors des deux grandes villes de l’archipel, il tient forcément sa machette à la main. Pas de séctarisme! Un Ni-van ou une Ni-vanne ! Impossible de se balader, dans le « bush », la campagne, sur les routes sans voir leur machette. Dès le plus jeune âge, les enfants portent la machette, comme ceux d’Occident la casquette. C’est leur survie! Non parce que leur pays est truffé d’animaux dangereux (au Vanuatu, il n’y a que des arraignées, des serpents et des crocodiles AMICAUX) Tout le monde vous le dira, ici, on ne craint rien, il n’existe, en dehors de l’anophèle, aucune bête funeste (!). La machette leur permet tout simplement de se nourrir de tout ce que la nature généreuse leur offre.

Il y a toujours un fruit, une plante, un arbuste, une racine, une noix de coco à couper.

En chemin, lors de nos balades, nous croisons les personnes locales. Elles nous demandent toujours si nous désirons une coco pour nous désaltérer, un fruit pour nous régaler. D’un coup de machette, nous recevons une papaye, qu’ils découpent soignement à l’ombre d’un arbre. Nous devisons ou plutôt nous baraguinons un anglais qu’ils interprètent dans leur bichlama. Puis, le fruit dégusté ou la noix de coco bue, ils nous accompagnent et discutent. En chemin, ils donnent des petits coups dans l’écorce des arbres. Partout, les plantes sont balafrées. Cela permet aussi de se repérer dans la nature, de s’orienter. Tout comme les « montagnes de cailloux des randonneurs », le coup de machette dans l’écorce est le meilleur panneau indicateur!

A plus pour partager cette vie si simple, si évidente qu’on ne reviendrait qu’avec beaucoup de difficulté vers toute la sofistication de notre civilisation…

Nat et Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This