VANUATU : 7 pirogues pour la défense de l’ environnement

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

25 juin 2012

Bonjour,

Après avoir tiré un grand coup de chapeau à Fa’afaite, je vous présente les autres équipages. Sur six pirogues sont réunies plus de 15 nations. Des membres d’équipage venant des Tonga, des Samoa, de Nouvelle-Zélande, des Fidji, de Papouasie Nouvelle-Guinée, de la côte ouest du Mexique, Rapa Nui, Vanuatu, Salomon, Cook… Ce qui saute aux yeux immédiatement, c’est la symbiose entre les nations du Pacifique.

Un cosmopolitisme pacifique.

Lors de la cérémonie, un groupe de danseur de l’île de Pentecôte a invité les équipages à suivre le rythme. Bien que la plupart d’entre eux n’avaient jamais mis les pieds aux Vanuatu, ils ont presque immédiatement compris la danse, son rythme, ses pas. Comme s’ils avaient répété ensemble. Cela m’a rappelé une phrase dite par un Marquisien : « les missionnaires avaient tout effacé, nos tikis, les tatouages, interdit les danses, démonté nos mea’e (marae). Pourtant quand on a voulu ressusciter notre culture, elle est revenue, comme si elle coulait dans nos veines. » Les danses, le rythme et jusqu’aux symboles des tatouages ancestraux, tout a pu revivre malgré la volonté de les occulter à jamais.

Oui, c’est bien ça!

En voyant ces pirogues, qui naviguent à l’ancienne pour véhiculer un message d’espoir pour demain, je me dis que tous les peuples du Pacifique ont une mémoire génétique de leur culture. Ils sont issus d’un même creuset qui s’est dispersé sur des milliers de kilomètres. Chaque nouveau peuple perdant le contact avec ses racines et pourtant, il coule en leur veine une énergie commune. A voir les groupes de danses défiler, et venant de partout, j’ai eu l’envie furieuse de devenir ethnologue et d’observer à l’envi les similitudes.

Il règne dans le Pacifique un grand esprit de famille, une fierté légitime, un attachement à leur terre. Leur mentalité est franchement belle! Belle dans le sens noble du terme. J’ai commencé à ressentir tout cela aux Marquises, et d’archipel en archipel ce sentiment se confirme et s’affirme.

Pour accueillir les équipages des 7 pirogues, le premier ministre (habillé de noir avec collier de fleur jaune) Monsieur Meltek Sato Kilman Livtuvanu, avec à ses côtés le vice-premier ministre, ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, M. Ham Lini Vanuaroroa, ont présidé la cérémonie. Les groupes de danse se sont succédé, ainsi que des discours nourris, dont celui de Dieter Paulmann, le grand mécène de Te Mana O Te Moana. Il est au départ cinéaste. Il a créé l’association Okeanox. Il est sur la photo ci-dessous, en compagnie de Marumaru Atua (tee-shirt vert), le capitaine de la pirogue des Fidji et l’un des piliers de l’expédition.

Vous remarquerez au passage sur les photos, la manoeuvre d’approche de quai. Trois hommes à la barre, et d’un mouvement puissant de godille, le bateau se déplace latéralement, aussi précisément que s’il possédait un propulseur d’étrave. Les pirogues sont équipées dans la ligne de protection environnementale de l’association Te Mana o Te Moana : très peu d’électronique (un GPS, une VHF…) Mais pas de sondeurs, pas de radar ou d’outil aidant la veille (avec 16 équipiers, la veille ne pose aucun souci!)… Pour l’énergie, une batterie de panneaux solaires qui suffisent à faire fonctionner le petit moteur d’appoint, tout le reste se faisant à la voile.

Dans le lot de photos, vous trouverez aussi ce cliché incongru, des danseurs d’Abrym, île au Nord de Efate où nous sommes. Presque nus, « vêtus » d’un namba, au milieu de la foule, des voitures et des immeubles. Je vous donnerai des clichés de leurs danses demain.

Une ambiance de fraternité très émouvante, dont je vous reparlerai dans les jours prochains afin de vous donner le plus d’angles possible de cette journée vraiment enrichissante à plus d’un titre.
A plus,
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This