MOOREA : manifestation, marche de protestation… Aita, Aita, Aita!!!

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

9 février 2012

Bonjour,

Nous sommes toujours dans la petite île très paisible de Moorea. Si l’an dernier, nous étions à la période cyclonique au mouillage de la trépidante Tahiti, le changement d’atmosphère est total. A Tahiti, des spectacles ont lieu tous les vendredis, des roulottes investissent les quais et proposent toute sorte de nourriture, des expositions culturelles, artisanales, touristiques… Tout est fait pour avoir les yeux écarquillés.

A l’inverse, Moorea est paisible… Il ne s’y passe rien. Le déroulement naturel de la vie fait son cours… Une jeune femme tahitienne, récemment immigrée vers l’île soeur après son mariage, me disait : « je n’arrive pas à m’habituer, ici c’est trop local. Quand j’étais à Tahiti, j’allais chercher mon poisson ou mes légumes au marché. Ici, le poisson on le pêche nous-mêmes et les légumes, ils sont dans le jardin ».

C’est tout à fait ça!
Sauf, qu’il existe quand même un petit super marché et que son mari vit réellement « local », comme beaucoup de Polynésiens. Par choix, par tradition, et sans doute aussi, poussés vers le faa’apu par la crise. Le faa’apu, c’est la Terre nourricière, l’agriculture à tous les niveaux, que ce soit familial ou commercial.

La situation économique et sociale de la Polynésie ne s’arrange pas, et les dernières mesures prises par le gouvernement local actuel font grincer des dents. Les Polynésiens n’entretiennent pas la fièvre du cortège, comme c’est le cas en France. C’est un peuple pacifique. Il gronde en sourdine. Ainsi, lorsque sur l’heure du déjeuner, en plein cagnard nous avons entendu résonner les pahus (tambours) nous avons pensé à une manifestation artisanale. Mais voyant sur la petite route des voitures s’accumuler, ma curiosité m’a fait enfourcher mon vélo et rejoindre la source du bouchon.

Un embouteillage à Moorea!
C’est rare!
Mais une « mobilisation générale » l’est encore plus!

Donc sous l’égide « d’une marche de protestation », une manifestation suivie d’une voiture de police et d’une camionnette de gendarmerie s’est produite sur la route principale, soit la seule route qui fait le tour de l’île. Au programme des revendications, la grogne des enseignants dont il est question de transférer la masse salariale sur le pays. Ainsi, les enseignants ne seraient plus payés par l’Etat français, mais par le Pays, c’est-à-dire le gouvernement polynésien. Les enseignants craignent que l’argent, qui traditionnellement est mal géré par les institutions autonomes, n’arrive pas jusqu’à eux…

Ainsi, ils crient en choeur aita, aita, aita !!!! (Non, non, non!!!)

A plus pour d’autres clins d’oeil … très paisibles de Moorea
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This