MOOREA : une pomme de douche à deux vitesses

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

27 janvier 2012

Bonjour,

Il m’arrive, parfois, de caresser des « envies » (très! ) passagères de farés sur lagon. Elles surviennent presque exclusivement à l’heure de la douche. Bien que nous disposions d’une grande quantité d’eau (900 litres) et d’un dessal, nous faisons néanmoins attention à la quantité d’eau consommée quotidiennement. Et pas seulement à l’eau. L’énergie du bord, aussi nous est comptée. La journée « c’est byzance », le soleil, le vent honorent panneaux solaires et l’éolienne. Ils nous fournissent tout ce dont nous avons besoin pour faire fonctionner, le frigo, le congel, allumer les feux de mâts ou l’éclairage intérieur le soir. Ils pourvoient aussi à notre consommation énergétique pour les instruments électroniques de surveillance et les ordis… etc.

Revenons à l’eau… le nerf de la guerre sur nos bateaux qui se veulent « autonomes »… qui se doivent autonomes!

jpgLN7NEDPSu9Pour produire de l’eau douce, les panneaux solaires et l’éolienne ne suffisent pas toujours, pour que la pression se maintienne au bon niveau qui permet une qualité d’eau sans le moindre goût de sel, nous devons aider le dessal de notre moteur in-bord. Dom n’aime pas consommer, ce n’est pas qu’il soit d’un tempérament plus qu’économe, c’est une disposition d’esprit en phase avec notre mode de vie. Il gère des composantes qui ne sont pas évidentes à marier. Ne pas faire marcher le dessal c’est l’abîmer, car les membranes s’encrassent et finissent par fournir une eau saumâtre impropre à la consommation. Trop faire marcher le dessal, c’est user le mécanisme du dessal et le moteur, et consommer plus de gasoil, donc polluer. Bref, être « réglo » envers notre environnement, ne pas gaspiller de ressources précieuses, et garder notre matériel en bon état demandent une adéquation de nos consommations. Le dessal fonctionne environ deux fois par semaine. Il produit 60 litres heures et permet de garder un bon niveau dans les réservoirs.

Cependant, comme je vous le disais plus haut, Dom veille au grain. Et tandis que je prends ma douche, si elle se prolonge, j’entends, comme des toussotements qui finissent en borborygmes qui sont autant de signaux à ne pas dépasser.

Ce matin-là…, un yacht était venu chercher abri dans le lagon. Et je me douchais avec mon filet d’eau quand je m’arrêtai sur une scène qui me laissa sans voix!
(voir photos)

Ah! Parfois la vie est cruelle… 😉
A plus pour des nouvelles d’ici et d’ailleurs
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This