MOOREA_le retour des couleurs

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

14 janvier 2012

Bonjour,

Je vous ai laissé… presque abandonné (?), il y a de cela 52 heures en plein milieu d’une scène authentique et en direct de grains, de vents de 40 noeuds, de bateau qui tangue, de lagon blanc et de capitaine qui frotte le teck. Je vous rassure, nous n’avons pas passé tout ce temps à récurer le pont à la brosse à dents! L’école de voile américaine n’a aucune influence sur la discipline du bord!

jpgkAGvt38vZsEntre temps, il s’est passé tant de choses, que je ne vais pas tout vous livrer en un seul blog. Donc… nous allons prendre un peu de retard sur le « live », mais pour la bonne cause. Pour celle de vous faire vivre en détail et au quotidien notre voyage.

Reprenons où nous en étions, soit en heure locale, mercredi. Après 5 jours d’occupations « liquides », « humides » et « confinées » à bord, nous mettons le pied à terre. Et nous découvrons l’étendue de la pluviométrie record sur Moorea. Je dis record, mais elle ne l’est pas tant que ça, puisque celui-ci revient à Raiatea qui a accumulé 367mm de pluie en 24h. Le ciel peut faire mieux, il a déjà ouvert ses vannes beaucoup plus que cela. Cependant, du côté de Taputupuatea, quelques familles ont vu trop d’eau pour que leur frêle gîte puisse subir ces trombes…

L’eau ne fait pas seulement des dégâts. Elle remplit aussi les nappes phréatiques qui étaient à sec sur certaines îles, comme celle de Moorea. Elle éradique le risque d’incendie, comme ceux dont nous avons été témoins à Huahine, Bora, ou Moorea. Elle donne à la nature la substance qui lui permettra de sublimer les forêts, les fleurs. Et… elle crée des cascades inattendues. Du dire des autochtones, le spectacle auquel nous avons été témoins est rare. Et vous en profitez au travers des photos prises sur place.

Voici à Opunohu, une falaise d’où jaillirent en moins de trois jours plus de 7 cascades… Une féerie !

A plus pour la suite
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This