HAWAIKI NUI dernière étape – victoire de la pirogue au coquillage

Logo

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

12 novembre 2011

Bonjour,

L’_expression_ « Hawaiki nui » tire son nom du Reo maohi (langue des ancêtres), et désigne une île mythique, berceau de la civilisation polynésienne à partir de laquelle fut colonisé le reste du triangle polynésien. Par tradition, les Maohis considèrent que l’île de Raiatea est le creuset de l’archipel polynésien.

Je vous parle depuis le début de notre séjour en Polynésie de va’a, que je me contente de traduire par « pirogue ». J’ai trouvé dans wikipédia une définition simple et vraiment très bien faite :

jpgTnywBpPAnz« Les va’a sont des pirogues polynésiennes dont la stabilité est assurée par un unique balancier (ama). Les va’a utilisées lors de cette compétition sont des V6 (va’a ono) à 6 places. Les jupes ne sont pas totalement hermétiques et laissent passer les embruns, les rameurs doivent donc régulièrement écoper.
Chaque pirogue compte cinq rameurs et un barreur. Les rameurs sont disposés en lignes, ramant alternativement d’un côté de la pirogue. Le barreur est le navigateur, il choisit sa route à l’œil, en fonction des courants, du vent et de repères naturels, la ligne droite n’étant pas nécessairement la plus rapide. Le chef d’équipe (en première ligne) compte les coups de rames, fixe le rythme et à intervalle régulier donne l’ordre aux rameurs de changer leur rame de côté. Pour la Hawaiki nui, les étapes en haute mer se font sans changement d’équipe contrairement à d’autre courses comme faati-Moorea. Les ravitaillements sont réalisés par une équipe de ravitailleurs qui se jettent à l’eau depuis le bateau suiveur. Ils se mettent en ligne dans la trajectoire de course de la pirogue, et tendent les ravitaillements lorsque la pirogue les longe.

Étudiées pour la vitesse, les « rames » sont des pagaies simples, courtes et en bois. Le milieu de la pagaie est légèrement courbé, et la pale est légèrement oblique par rapport au manche. La face de la pale qui sert d’appui dans l’eau est totalement plate, le prolongement du manche se fixant sur l’autre face. »

Voici une carte pour visualiser le parcours des trois jours de compétition :

jpgtkcT0_hKJL

Voici le classement définitif de la course des séniors hommes :

jpg0ZHjxrKyJC

Shell va’a est le grand vainqueur de la vingtième édition de cette compétition. Ils ont remporté les trois étapes, et n’ont pas vraiment été inquiétés par les autres équipages. Bravo à eux, bravo à toutes les équipes participantes!

A plus pour d’autres nouvelles des îles
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

A lire également…

65000 km de Bonheur !

65000 km de Bonheur !

Depuis fin novembre, je n'ai plus eu la moindre seconde pour mettre à jour le blog... On a bougé, bougé, bougé, et...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This