Des Amours de tortues à Curieuse (Seychelles)

» Publié par le 5, Août 2016 dans Album, Indien, Seychelles, Vidéo, Voyage | 3 commentaires

Des Amours de tortues à Curieuse (Seychelles)

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous emmène en bateau ! Nous embarquons à bord de « Ventura »piloté par Martin! Nous sortons du lagon de Grande Anse par la passe qui mène à Cousin et Cousine. Nous ne nous attardons pas sur ces petits îlots et contournons Praslin, par l’Anse Georgette (la randonnée du précédent blog) et l’anse Lazio, puis direction l’Anse Volbert pour retrouver l’Eden de l’îlot Saint Pierre.

Un îlot de rêve

On pourrait se demander pourquoi je m’émerveille devant ces cailloux tout biscornus. Et bien … parce que! Parce que ces roches si dures se laissent attendrir par l’eau du ciel et de l’océan et qu’elles me fascinent. Parce qu’elles laissent les arbres s’implanter dans leurs veines et offrent une chevelure ébouriffée par l’alizé.

Gysi blanc

Gysi blanc

Parce que dans la frondaison des gysis blancs ornent les lieux de leur élégance inaccessible. Et puis, dans l’eau, les platax curieux viennent se frotter à nous, tandis que de petits poissons jaunes leur titillent la bouche.

Un oeuf de Gysi blanc pondu sur la branche

Un oeuf de Gysi blanc pondu sur la branche

Un petit détail pratique et curieux à propos de cet oiseau : il pond ses oeufs directement sur une branche, ou n’importe quel réceptacle capable de le garder en équilibre. Donc, pas de nid pour ce magnifique oiseau marin ! (photo de l’oeuf http://images-du-pays-des-ours.eklablog.com/)

Curieuse, la belle et tendre

L’île de Curieuse à un demi-mille de Praslin est une réserve naturelle de 2.86 km² et le domaine réservé des tortues d’Aldabra. Personne, sauf les gardiens du parc qui se relayent, n’y vit. Une liberté totale donc, pour nos amies les tortues, et … une mise « en cage », pour les Humains, cantonnés dans une enceinte à l’intérieur de barrières où ils ont le droit de venir pique-niquer. Nous pouvons aussi, partir à la découverte de l’île par un chemin balisé. Néanmoins, l’île n’a pas été développée pour le tourisme.

Bref, un endroit comme nous les adorons, où la nature est reine, où la faune s’épanouit sans crainte. Pourtant, si aujourd’hui la Nature a tous les droits, il n’en a pas toujours été ainsi.

Un petit peu d’Histoire

Les premiers découvreurs la baptisèrent « l’ile Rouge » en raison de la terre de couleur rouge. En 1768 les Français revendiquent la possession de l’île et lui donnent le nom de la goélette commandée par l’explorateur malouin du dix-huitième siècle, Marc-Joseph Marion Dufresne : »La Curieuse ». Pour la petite histoire, Marion-Dufresne partageait les idées de Jean Jacques Rousseau sur « le bon sauvage », ce qui ne l’a pas empêché de finir « dévoré », ainsi que 11 de ses hommes, par les Maoris de Nouvelle-Zélande. Cet accident malheureux n’incita guerre les Français de s’y installer, laissant la place libre aux Anglais, qui exterminèrent grand nombre de Maoris…

Si vous me laissez digresser dans mes propos, vous allez vous retrouver de l’autre côté de la Planète en moins de temps qu’il faut pour le dire, alors, revenons à Curieuse, aux Seychelles, dans l’océan indien! Comme beaucoup d’îles l’archipel, avant la venue des premiers explorateurs, une population indigène de tortues géantes s’ébattait tranquillement sur l’île de Curieuse. Celle-ci disparut rapidement : des proies si faciles à chasser pour les marins affamés!

La forêt endémique de l’île disparut en 1771. Les marins ayant mis le feu à l’île afin de faciliter la récolte des célèbres cocos de mer, inutile de dire que dans l’incendie volontaire faune et flore subirent des pertes irréparables.

La maison du médecin

La maison du médecin

En 1833, Curieuse est destinée à accueillir une colonie de lépreux. La léproserie ne ferma ses portes qu’en 1965. Aujourd’hui, les ruines de la léproserie sont encore visibles, et la résidence du médecin de l’anse Saint-Joseph datant de 1870 a été restaurée en centre d’enseignement historique et musée sur la biodiversité. La Maison du Docteur est un exemple d’architecture coloniale créole. La plage sur laquelle donne cette maison est le lieu de ponte des tortues vertes. Les oeufs éclosent en novembre ou décembre. De sorte qu’à cette période, l’on pourrait observer les petits qui gagnent la mer pour la première fois.

En 1979, Curieuse et les eaux qui la baignent sont hissés au rang de « bio-réserve gérée par l’Autorité des parcs marins des Seychelles ». La faune endémique est sous haute surveillance. L’île compte environ 500 tortues géantes d’Aldabra. La partie sud de l’île est le royaume d’une mangrove, que l’on peut visiter grâce à une passerelle. L’île est réputée pour ses arbres géants Takamaka, et ses cocos de mer (avec Praslin, Curieuse est le seul endroit au monde où ils poussent naturellement). Plusieurs espèces d’oiseaux, dont le rare perroquet noir, sont endémiques de Curieuse et de Praslin uniquement. La mangrove accueille aussi,requins et variétés de poissons et crabes qui s’y reproduisent sous l’oeil bienveillant des gardiens.

Nat et Dom sur les chemins du monde
Texte et photos Nathalie Cathala.
Auteurs des vidéos : Dominique et Nathalie Cathala, montages Dominique Cathala
Tous droits réservés, pour toute utilisation nous contacter par le site :
http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php

Un tour en bateau, comme si vous y étiez, c’est la vidéo sur Curieuse!

Sources bibliographiques
Encyclopédie Larousse
http://www.seychellesprestige.com
http://www.indian-ocean.com/ile-curieuse-seychelles/

3 Commentaires

  1. Un bijou d’île !

    • Oui Dany, le plus beau souvenir des Seychelles, et aussi la baignade avec la cousine marine

  2. Je savais que je ratais quelque chose ! mais ce n’était pas possible d’y aller… Merci de me faire vivre vos instants magiques..

Proposer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>