Échappée vers le Nord de Bohol

Rédigé par Nathalie Cathala

Amoureuse des voyages, proches ou lointains, Nat ne tient pas en place. Nomade dans l'âme, elle est toujours prête à embarquer sur un bateau, dans un avion. Pour ses découvertes régionales, elle aime partir à vélo ou à pied. Jamais, elle ne se départit de ses fidèles compagnons : son appareil photo et sa plume. Elle écrit depuis 2003 des articles de voyage.

30 août 2015

Bonjour,

Nous quittons le sud-ouest de Bohol, direction le nord. Plus nous nous éloignons des villes et des zones touristiques, plus notre sourire s’élargit. Nous nous détendons, nous traversons des zones d’agriculture, des villages peu habitués à voir des touristes, ou même des voitures. Jusque là, Bohol est l’île sur laquelle depuis le début de notre voyage (mis à part la grande ville de Cébu) nous avons vu tant de voitures circuler qu’elles parvenaient à former des bouchons! Incroyable, circulation autour de Tagbilaran (la capitale) et des villes côtières mal desservies par des routes qui n’ont pas été reconstruites depuis le tremblement de terre.

Enfin, nous retrouvons les « vraies » Philippines, vers le nord de l’île. Des familles entières s’occupent des rizières, les vacances scolaires mettent tout le monde à l’ouvrage. Nous nous arrêtons au bord d’un champ, pensant passer inaperçus et juste profiter du paysage. Mais plusieurs familles nous repèrent. De grands signes pour bonjours, et de grands sourires… Sur le bord de la route, des petites échoppent présentent de jolies pastèques. Nous en achetons, et nous les partageons entre les enfants, et familles… Waouh, ce geste simple nous vaut des applaudissements, et un accueil impressionnant!

Dans les coins les plus reculés de l’île, nous nous arrêtons au bord de rivières, là encore l’accueil est souriant. Des enfants intrigués par « ces étrangers qui s’arrêtent dans leur village » nous appellent, et désirent être pris en photo dans leur hamac. Non loin, des buffles se reposent des mouches agaçantes en se plongeant tout entier dans la rivière, pas si loin des adolescents profitent du passage de quelque radeau de bambou pour y prendre un bain, se laver les cheveux.

Un homme passe sur son radeau de bambou, il arrose régulièrement sa pêche. Un gros lézard fait la sieste sur un mur. Des fleurs partout égaient le quotidien.

Je revis ! ça, c’est l’ambiance des Philippines, la vraie, loin des hôtels, des incitations à la consommation! Si du côté « occidentalisé », les regards se fermaient, ici, ils s’ouvrent et sourient spontanément.

Le propriétaire du « guest house du sud » avait raison (voir blog précédent « Bohol, une île ébranlée »). Dans le nord, il n’y a rien à voir ! Comme j’aimerais qu’on le laisse intact ce « Rien » si précieux !

A plus, quelque part entre L’Indien et le Pacifique
Nat et Dom sur les chemins du monde
Texte et photos Nathalie Cathala, tous droits réservés, pour toute utilisation me contacter
http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php


A lire également…

Saison flamboyante

Saison flamboyante

"Flamboyante floraison, étincelante joie aux couleurs de l'amour, portée en étendard de nos îles, alors même qu'elles...

2 Commentaires

  1. Avatar

    Hello ! On part demain pour bohol avec mon copain 🙂 on aimerait au maximum s’éloigner des sentiers touristiques donc on est tombé sous le charme de votre article ! Pour vous déplacer dans le nord, vous avez fait comment ? Scooter/location d’une voiture ? Vous avez fait appel à un guide local ?

    On espère que vous verrez à temps notre réponse ! Merci bcp 🙂

    Réponse
    • Nathalie Cathala

      Location de voiture, tout le long du séjour et en changeant à chaque île. Sur certaines d’entre elles, nous avons loué la voiture de particulier, qui nous l’amenait parfois via le Ferry… c’était en 2014… les choses ont peut être changé

      Réponse

Laissez une réponse à Nathalie Cathala Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This