Siquijor, entre légende et magie …

» Publié par sur 19, Août 2015 dans Album, Philippines, Voyage | 4 commentaires

Siquijor, entre légende et magie …

Bonjour,

Siquijor est sans doute l’une des îles qui fait couler le plus d’encre aux Philippines. Elle fascine! Ainsi, même le Figaro en parle. Il nous raconte ceci : « Dans les temps anciens, on raconte qu’un géant s’est emparé d’une poignée de terre pour l’emmener de Bohol jusqu’à la grande Mindanao. Il a marché d’île en île, a essuyé les typhons, a enjambé les mers, mais, épuisé, l’a abandonnée en chemin… Tout au sud des Philippines, Siquijor était née : petit caillou montagneux, semé des mains d’une créature légendaire. »

En plus de l’île aux Sorcières, Siquijor a aussi reçu le nom d' »île de feu », car elle partage avec sa voisine Bohol la particularité d’accueillir des lucioles qui brillent au début et à la fin de la nuit. «Certains soirs, la mer est plate et la nuit claire. On voit les poissons briller à la lune, le plancton phosphorescent onduler vers la surface et des lucioles scintiller dans les rochers» et les arbres!

Elle reçut aussi le nom d' »île du roi boiteux ». Ce fut d’ailleurs le titre d’un film « Les Chroniques de l’île du roi boiteux », mis en scène par Jérôme Bouyer vers 1990.

Photo du Net

Photo du Net

En plus des « guérisseuses à bulles » (les Bolo Bolo, nommées ainsi en raison de leur pratique et du bruit qu’elles font avec l’eau et la paille), on trouve sur Siquijor, mais aussi sur Bohol des Mananambals. Leurs « spécialités » ne se limitent pas aux maux physiques, elles (ou ils, ne soyons pas sexistes!) soignent « les piqûres d’insectes, les maux de ventre, les ruptures amoureuses ou le chômage longue durée »… Nous verrons à Bohol, une grotte où, ils se réunissent afin de préparer les potions de l’année. Ainsi, l’un d’eux témoigne : «Nous préparons toutes ces potions la semaine sainte, avant Pâques. Les guérisseurs se réunissent autour du chaudron et utilisent les plantes médicinales, ramassées pendant les sept vendredis précédant le Vendredi saint.»

La guérisseuse remplace le médecin qu'on n'a pas les moyens d'aller consulter

La guérisseuse remplace le médecin qu’on n’a pas les moyens d’aller consulter

Il faut s’imaginer Siquijor, loin de tout… À nos yeux d’Occidentaux, il nous suffit d’un coup de ferry, que nous ne trouvons « pas cher du tout », pour passer de Dumaguete à Larena. Si sur la première, « capitale de Negros Oriental », on trouve à se soigner, un hôpital, des médecins, la seconde est démunie en la matière. Les habitants de Siquijor sont trop pauvres pour prendre un ferry et aller se soigner, à Negros, ou mieux à Cebu ou Manille. Ils comptent donc sur leurs guérisseurs, et tant mieux si ça marche.

L’île est-elle vraiment hantée? Est-elle le siège de pouvoirs qui nous dépassent? Chaque soir,moi, je crois en la magie de Siquijor! La splendeur des couchers de soleil est ici inégalée. À vous de vous laisser envoûter au gré de l’album que je vous offre …

A plus, quelque part entre L’Indien et le Pacifique
Nat et Dom sur les chemins du monde
Texte et photos Nathalie Cathala, tous droits réservés, pour toute utilisation me contacter
Photos de la guérisseuse prises sur le Net (forcément, je ne suis pas aller fouiller les « Mémoires d’outre-tombe » 😉
http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php
Sources : http://www.liberation.fr/voyages/2013/10/18/siquijor-m-etait-contee_940635


4 Commentaires

  1. Fascinant ! Je suis envoutée par ton récit tes photos majestueuses ! Quelle beauté ! Merci Nati ……….

  2. Oui, fascinant! Je suis de l’avis de Dany… La magie de Siquijor existe, elle a traversé l’écran…grâce à vous ! Merci Nat et Dom….

    • Merci ma belle Sisi ! des encouragements qui vont droit au coeur, pour poursuivre 😉

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>