Le chant de la rivière Maoyon, l’harmonie de la forêt

» Publié par le 10, Août 2015 dans Album, Philippines, Voyage | 4 commentaires

Le chant de la rivière Maoyon, l’harmonie de la forêt

Bonjour,

Après El Nido, et San Vicente deux archipels qui riment avec paradis, nous nous enfonçons au coeur de Palawan. La végétation du nord de l’île n’est pas transcendante, c’est une forêt sèche faite d’acacias. Nous quittons la grand-route, nous avons chargé sur le GPS du téléphone les cartes lorsque nous étions en zone 3G. Dès que nous quittons les villes et la route principale, nous perdons le signal avec la « civilisation du virtuel », et l’aventure commence !

Les rivières sont enjambées de ponts qu’il est déconseillé de traverser. Les routes ressemblent rapidement à des chemins caillouteux et certaines routes indiquées sur la carte n’existent pas, tandis que le GPS nous signale que nous roulons en pleine forêt. Or sous nos roues, c’est bien une piste… ça secoue, ça cahote, mais c’est une piste à peu près praticable (google map ne l’a pas encore recensée). Au bout de la route, ayant croisé le regard effaré de Philippins se demandant ce que deux étrangers font dans les parages, nous tombons sur le deuxième repère de Steve, notre hôte de San Vicente !

Nous sommes les seuls clients de l’antre que Steve tente de développer, sous le label Peace and Love. Une équipe de jeunes filles affables nous accueillent au coeur de la forêt, au bord de la rivière Maoyon. Des huttes en bois, au bord de la forêt abritent notre chambre. Le rêve de la cabane d’enfant n’est pas loin. Nous avons pour compagnons, des poules, des canards, un chat, des chiens ils se lèchent les babines, et inspectent leurs gamelles… Les poules ne s’embarrassent pas, montent sur les tables pendant que nous mangeons. Au réveil au petit matin, nous trouvons un coq qui dort dans la chaussure de Dom. Les canards râlent en passant devant notre chambre. Le soir à la nuit tombée, un vacarme hallucinant s’élève de la forêt ,grillons, oiseaux, animaux de tout poil et plume, nous signalent à grand fracas l’extinction des feux. Puis soudain, en pleine nuit noire, tout le monde se tait jusqu’aux premières lueurs du jour (sauf le coq, trop confortablement installé dans la chaussure!)

Au matin, les enfants en congé scolaire s’ébattent dans la rivière. Ils s’interpellent d’une rive à l’autre. Lorsqu’ils s’aperçoivent que deux étrangers les regardent, nous devenons leur attraction, le « sel » de leur journée. Des grands signes, des grands bonjours, et des invitations au jeu…

Quelle insouciance, quelle paix !

Je ne suis pas une fille des campagnes, et des paysages sans horizons. Pourtant ici, au bord de cette rivière, encerclée par la forêt, je me sens incroyablement sereine. L’harmonie de la forêt étouffe le vacarme inutile du monde, repoussé loin, ailleurs. Cette ambiance a, je l’imagine, le même effet sur moi que le chant des sirènes sur Ulysse. Il aurait fallu m’attacher à un poteau de la grande route pour résister au charme d’un tel endroit. Trop tard… je me suis défait de mes liens, je vis… la vraie vie, celle que les Philippins nous apprennent chaque jour depuis que nous sommes ici.

Nous sommes ici et maintenant, complètement unis à la nature simple, sans artifice, qui nous entoure.

Merci la vie, c’est cadeau !

A plus, quelque part entre L’Indien et le Pacifique
Nat et Dom sur les chemins du monde
Texte et photos Nathalie Cathala, tous droits réservés, pour toute utilisation me contacter
http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php

Please follow and like us:

4 Commentaires

  1. Quelle aventure extraordinaire ! de belles photos et des récits qui me transportent …. Merciii Nati et Dom 🙂

  2. Merci pour cette évasion … ! c’est magnifique, Vous êtes Magnifiques !!!!!

    • Waou … Pom… tu es venue voir le Blog !!!! J’en suis baba !!!

Proposer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Facebook