D’un monde à l’autre, (De San Vicente à El Nido)

» Publié par le 6, Août 2015 dans Album, Philippines, Voyage | 2 commentaires

D’un monde à l’autre, (De San Vicente à El Nido)

Bonjour,

San Vicente est une bourgade dans le nord-ouest de Palawan. Un village tranquille de pêcheurs. Les infrastructures font leur apparition, des « belles » routes en bitume se construisent petit à petit. Elles servent surtout aux enfants, à leurs jeux de bicyclettes, un tricycle chargé de toute la famille passe et gravit à petite allure la grimpette. Les voitures y sont rares, très rares, à se demander si l’investissement était nécessaire? Il y a sans doute, sur le bureau d’un décideur, quelque part là-haut à Manille, quelques grands projets qui attendent des signatures, des promoteurs. On nous chuchote que tous les terrains de la « Long Beach » sont vendus. Rien ne semble perturber la quiétude de la région. Qui vivra, verra, et s’il est un peuple fataliste, c’est bien aux Philippines !

Outre ce développement qui attaque la montagne, les chemins de terre sont légion. Et de janvier à juillet, ils se transforment en chemins de poussière. Pour devenir chemins de boue d’août à décembre. Les arbres, bananiers, maisons, témoignent de ce changement annuel. La terre agglomérée recouvre la végétation à belle hauteur. Dans les maisons, le combat contre la poussière est titanesque. Alors, on fait le ménage en mode « Philippine-style »: on retire le plus gros d’un revers de main avant de poser son assiette sur une table. On ne se formalise pas, et on sourit! Comme tout le monde ici!

Devant les maisons, de petits abris de bambous attendent les futurs ragots, discussions, nouvelles. Ils sont à la lisière de deux mondes. Celui public de la rue, et celui intime de la maison. C’est là que les voisins, amis, étrangers de passage, s’assoient et discutent avec les propriétaires des lieux. C’est là que les nouvelles se donnent, c’est « la toile » sociale du village. Pas besoin de Face Book, on y sait tout, absolument tout !

Une volute de sable traverse la route, elle va rejoindre la mer. On ferme les yeux, la bouche, on plisse le front… c’est passé, tout est à nouveau calme, la chaleur invite à cette langueur tropicale légendaire.

À la fraîche, nous partons pour El Nido. Le soleil n’est pas levé lorsque nous quittons San Vicente. Les roues de notre voiture s’évertuent à chevaucher tantôt les nids de poule terreux, tantôt les marches qui marquent la lisière avec la nouvelle route. Sans prévenir, on revient à un chemin de cailloux, le tout sans la moindre lumière, avec les chiens qui dorment en plein milieu et qu’il faut réveiller pour passer, et puis… une poule hésite et se précipite sous nos roues! Le drame! Dom, je l’avoue honteusement aura mis fin aux jours de deux poules suicidaires pendant ce voyage aux Philippines. Je vous jure que ce n’est pas dans ses habitudes, et qu’il n’est pas « assassin » assoiffé de sang ni un chasseur dans l’âme !

Après les sillons et les sillages de la route graveleuse de montagne, nous retrouvons « la nationale », qui mène à El Nido. Elle aussi n’est pas finie. Nous mettons 3 heures pour parcourir les 130 kilomètres. Une moyenne tout à fait aux normes philippines.

Sur la route, un seul arrêt pour cette construction tout à fait étonnante, en surplomb d’un plan d’eau, digne des lacs du Conémaras, une demeure d’où l’on imaginerait sortir une horde de Samouraïs. Curieux mélange!

À El Nido, nous avons pour mission de retrouver le « pot » d’un copain qui nous emmènera en bateau. Il habiterait la maison au bout de la plage, après le chemin qui longe le marché… Mais ça, c’est une autre histoire…

A plus quelque part entre L’Indien et le Pacifique
Nat et Dom sur les chemins du monde
Texte et photos Nathalie Cathala, tous droits réservés, pour toute utilisation me contacter
http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php

Please follow and like us:

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Nous sommes en train de preparer notre voyage aux philippines et je me regale à regarder votre site. Vous avez vraiment fait un super travail toutes mes felicitations.
    J’aimerais savoir a quel endroit vous avez logé à San Vicente si cela est possible, d’autre part j’aimerais partir de san Vicente pour découvrir des petites iles en face, est ce possible ?
    A trees bientôt et encore bravo et bon voyage ….

    • Nous avons logé à Peace and Love, c’était le seul logement possible, et on peut partir à la journée dans les petites îles

Proposer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Facebook