Le Volcan de la Fournaise se réveille !

» Publié par sur 17, Juin 2014 dans Album, Indien, Mascareignes, Maurice, Vidéo, Vidéos, Voyage | 1 commentaire

Le Volcan de la Fournaise se réveille !

Bonjour,

Depuis que nous sommes arrivés à la Réunion, je ne peux m’empêcher de voir le volcan au travers du prisme océanique. Tous deux sont en perpétuel mouvement. Tous deux forgent des oeuvres magistrales et éphémères. Tous deux sont indomptables et l’homme n’aura jamais le moindre impact sur eux, c’est tout le contraire! Ils dominent nos vies de leurs caprices, mais également de leurs bienfaits. Ils sont à l’origine de notre existence. Ils nourrissent notre destin ou le détruisent selon… s’ils nous permettent de les observer sans nous engloutir c’est une chance. Une chance inouïe qu’il faut saisir. Le volcan est en phase de réveil. L’océan à ses pieds l’attend, pour un combat monstrueux. Aujourd’hui, nous vous emmenons dans le monde merveilleux des Titans.

Ce jour-là à 4 heures du matin, la lune pénétra d’un rayon sec et froid par la fenêtre directement sur mon oreiller. J’ouvre un oeil, je tâtonne Dom et lui suggère une promenade : « et si nous profitions de ce réveil matinal pour « aller plus loin? ». Il prend la proposition au bond et me propose le volcan de la Fournaise. J’avais dit « plus loin »… pas forcément « plus haut ». J’aurai les deux dans la même journée!

À une heure et demie, le Pas de Bellecombe est notre but. Sur la route, la lune nous offre un spectacle pastel pour son coucher, tandis que le soleil en se levant embrase le Piton des Neiges, et ravive les cristaux de givre sur les arbres et l’herbe. Brrrrr, il ne fait pas chaud! Je suis frigorifiée, et dans ces cas-là je fais comme les oignons : je rajoute des couches! Sept au total! Dom moins prévoyant est pieds nus dans ses sandales de marche. Il grelotte, et à certaines prises de vue sur la vidéo, ça se ressent 😉 …

(Là je le taquine, car sincèrement je trouve qu’il filme bien !)

Quelques arrêts sur la route nous révèlent des panoramas uniques sur la rivière des Remparts encore tapie dans l’ombre, et La Plaine des Cafres. Le Piton des Neiges quant à lui domine le paysage du haut de ses 3071 mètres. Au détour d’un nième virage, s’ouvre à nous le cratère Commerson. Dans cet environnement verdoyant, il ouvre une brèche pourpre dans l’immensité. On devine encore aujourd’hui après 2000 ans, l’intensité du phénomène volcanique qui est à l’origine de ce trou vertigineux d’un diamètre de 200 mètres et de 235 mètres de profondeur. À l’époque, le magma a rencontré une nappe phréatique (ou tout autre terrain hydraté). Cette rencontre de l’eau et du feu engendre un choc thermique qui augmente la pression interne du volcan et produit alors un cataclysme d’une force inimaginable.

La Plaine des Sable

La Plaine des Sable


Nous reprenons la route et ses centaines de virages, qui nous conduisent au-delà du plateau montagnard recouvert de pâturages et de végétation rase pour s’ouvrir sans transition sur une plaine désertique. Le passage de l’un à l’autre est saisissant. La Plaine des Sables est une vaste étendue entièrement recouverte de scories où aucune végétation ne pousse. Elle serait le résultat d’une suite d’effondrements et de remplissages qui s’étaleraient sur 300 000 ans. Nous évoluons dans un décor lunaire, minéral, qui nous mènerait à imaginer ce que serait la fin du monde. Un monde de poussière, sans vie, sans autre bruit que le vent qui soulève cette poudre rouge.

Notre ascension en voiture nous mène au Pas de Bellecombes. Ce col surplombe du haut de ses 2311 mètres L’Enclos Fouqué, nom donné à la dernière caldeira engendrée par les éruptions de la Fournaise qui a percé le rempart de Bellecombe et forgé ce point de vue naturel sur l’immensité du site de Fournaise.

Notre regard s’ouvre sur la caldeira en forme de fer à cheval large de neuf kilomètres et long de treize kilomètres fermée par les remparts de Bois Blans au Nord, le Rempart de Bellecombe à l’ouest et le Rempart du Tremblet au Sud. Le fer à cheval s’ouvre donc à l’est sur l’océan Indien par diverses vagues volcaniques qui ont créé des coulées, des cratères, et des monts. Au centre de l’enclos, la Fournaise domine de nombreux autres cratères. Dont celui de Formica Leo, qui pose en première ligne. Il a été formé par l’éruption de 1753. Il semble minuscule dans cet océan de scories. Ses teintes changeantes selon l’inclinaison du soleil, son pourtour circulaire en font une attraction relativement facile d’accès.Carte de la Fournaise

Je dis « relativement »… À partir d’ici, nous ne pouvons compter que sur nos pieds, et notre endurance! Entre 2300 et 2500 mètres, nous descendrons la falaise abrupte du pas de Bellecombe par un escalier qui éprouve les mollets (surtout au retour, lors de la montée). Donc un dénivelé négatif de 100 mètres et un dénivelé positif de 100 mètres. Puis nous traverserons l’Enclos Fouqué. Un terrain relativement plat, sur lequel nous testons la flexibilité de nos chevilles, tant le chemin de lave est cabossé et prompt à tordre celles-ci. Par la suite, un dénivelé positif de 300 mètres nous attend. Sur un tracé vague, aiguillé des marques de peintures blanches, où nous testons la santé du dos, des hanches, des genoux… bref, de la moindre articulation, et de tous les muscles. L’équilibre est mis à l’épreuve aussi, sur les laves de différents types : cordée, gratons qui roulent sous les semelles. Et surtout, nous expérimentons l’altitude, ou du moins notre adaptation à nous mouvoir à 2500 mètres.

Au départ, nous nous sentons dépassés! Au sens figuré et concret du terme. Des randonneurs de l’extrême s’entraînent pour le raid des « fous furieux »… Ha non, veuillez me pardonner le terme exact est « La Diagonale des Fous ».  » Imaginez la traversée de l’île, en diagonale du Sud au Nord, en passant par l’intérieur des trois cirques et accumulant un dénivelé positif de plus de 10.000 m sur une distance de plus de 170 km (!), le tout en un peu plus de 24 h pour les premiers ! » Voilà les extra-terrestres que nous croisons en chemin… Pendant ce temps, dans le dénivelé de la rando d’aujourd’hui, je compte le négatif et le positif et je les cumule! J’ai bien le droit, c’est nous qui les avons parcourus avec nos petites jambes, soit 800 mètres sur un parcours de 12 kilomètres que nous effectuons en 6 heures aller et retour!

Randonnée 12 km en rouge

Randonnée 12 km en rouge


Heureusement ! Au départ de Bellecombe, un écriteau nous avertit que nous mettrons 3 heures en sens aller. Nous sommes dans les temps!

Mais assez parlé de nous! Revenons à la star du jour : la Fournaise! Nous prenons le temps de la photographier, de la filmer sous tous ses angles. Le parcours nous a paru à nous « pauvres ex-marins » laborieux. Mais au bout du compte, les sensations visuelles, les émotions ressenties sont si puissantes, que tout est oublié bien vite. Sauf les courbatures! 😉 Nous nous sommes sentis humbles, minuscules face à l’océan, nous nous sentons démesurément d’une autre proportion face au volcan de la Fournaise. Les sentiments ressentis sont pratiquement indescriptibles. Nous estimons nos vies à leur juste valeur face à ce décor magnifique, gigantesque!

Les phénomènes volcaniques de la Réunion ne datent pas d’hier. Ils sont à l’origine de l’île, il y a 3 millions d’années. Autant dire que c’est une jeunette! Les deux points chauds sont essentiellement le Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise. Ce dernier est l’un des volcans les plus actifs au monde.

Quelques éruptions mémorables ont marqué le 20e siècle.

En 1977, le volcan dévaste la ville de Sainte-Rose et la lave s’arrête au parvis de l’église. En 1986, une éruption « hors enclos » menace la population du Tremblet. En 1998 la Fournaise offre un spectacle ininterrompu de fontaines et de coulées de lave pendant 6 mois. Depuis l’avènement du 21e siècle, la Fournaise s’est manifestée en 2004 (en mai et en septembre), en 2005 (février-mars puis octobre), en 2006 (janvier). Puis il est entré dans une longue phase éruptive d’août 2006 à janvier 2007. Durant cette phase, au mois d’octobre, les observateurs sont restés ébahis d’un spectacle de lave se mariant avec un manteau de neige qui s’était déposé en une nuit (!) La Fournaise a récidivé en avril. Elle s’est reposée en 2008, pour revenir faire une apparition sur le devant de la scène réunionnaise de décembre 2008 à février 2009. Puis elle a redonné des signes de sa vigueur en novembre et décembre 2009, pour tirer sa révérence en janvier 2010. Mais, jamais définitivement, vu qu’en juin 2014, le volcan est à nouveau en vigilance orange.

La totalité de l’Enclos Fouqué où nous sommes pour cette randonnée n’est complètement ouverte que depuis 2012. Aujourd’hui, il est sous haute surveillance et chaque soubresaut du volcan est signalé aux randonneurs. Nous sommes au coeur d’un paysage susceptible de se transformer radicalement à tout moment. Et notre arrivée au sommet du cratère Dolomieu en est la plus belle preuve. Au cours des deux derniers siècles, le sommet du Piton de la Fournaise n’a cessé de se métamorphoser. Le cratère que nous trouvons à 2512 mètres d’altitude n’est apparu qu’après les éruptions de 2006/2007. En moins de 24 heures, après un phénomène qui dura 124 jours, le cratère Dolomieu s’effondre en un gouffre géant de 350 m de profondeur et de plus de 1000 mètres de diamètres, surpassant le cratère de Commerson qui tenait jusque là, la palme des dimensions.

En tout cas, en ce sommet, je me régale de la richesse polychrome!!! Le début de la vie est là entre ciel, terre et océan ! Sur les flancs du volcan l’esprit se met à rêver aux tous débuts, à imaginer ce que dût être notre belle Planète au temps où rien d’autre n’existait, et où elle se refroidissait à peine… N’est-ce pas magique de penser que tout vient de là ?

Le volcan restera pour longtemps une histoire à écrire au quotidien.

A plus, pour la suite de nos découvertes sur l’île « intense ».
Nat et Dom

Retrouvez ci dessous notre album photo et sous le lien suivant la vidéo

http://etoile-de-lune.net/accueil/index.php

1 Commentaire

  1. Extraordinaire carnet de voyage ! C’est magnifique…..Très émue de revoir ce parcours ! Merciii Nat et Dom !

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>