Rodéo de Païta, course de stockmen

» Publié par sur 4, Déc 2012 dans Escales, Nouvelle Calédonie | 0 commentaire

Rodéo de Païta, course de stockmen

Bonjour, et bienvenue au pays des Centaures

Le cheval est le roi du caillou. Le nombre de chevaux rapporté au nombre d’habitants est parmi le plus élevé au monde ( 1 cheval pour 20 habitants). La première importation date de 1845. Soit, près de soixante ans après que le sol australien ait vu arriver son premier équidé (1788).

L’armée importa les premiers chevaux en Nouvelle-Calédonie. Immédiatement suivie par les éleveurs de bovins. Leur territoire s’étale tout le long des grandes plaines de la côte Ouest. Le travail des cavaliers (stockmen) pour surveiller ou guider le bétail dans la brousse s’appelle le « stock ». Tout le vocable des « stockmen » ou cow-boy du caillou est inspiré par celui des grands voisins australiens. Ainsi le « stockwhip », long fouet que les stockmen fabriquent les jours de mauvais temps sert à conduire les bovins au « stockyard » lieu où les animaux sont emmenés pour des bains contre les tiques, castration, marquage au fer rouge…

Le harnachement utilisé répond aux besoins du travail en zone accidentée : la « selle de stock » au troussequin très relevé est munie de genouillères très utiles lorsqu’il s’agit de trier un animal virevoltant . La croupière et le collier de chasse avec une martingale complètent l’équipement.

Les stockmen ont la vie dure. Ils partagent leur existence en brousse, sous un soleil de plomb avec leur animal. Le stockman et le cheval sont reliés par une complète symbiose. Il faut les voir ensemble, c’est incroyable! De vrais centaures!

Les races les plus utilisées sont les races américaines (Quarter horse, Appaloosas, Paint horse) que les éleveurs croisent fréquemment avec des chevaux pur sang ou arabes selon les besoins de leurs exploitations.

Les rodéos qui ont lieu partout sur le territoire sont, entre autres, le théâtre de courses de stockmen. A cette occasion, nous rencontrons Adrien, un jeune Caldoche venu défendre les couleurs de sa famille avec Ebony, sa jeune jument de 4 ans. Il nous raconte la vie de la brousse. La difficulté de trouver des terres. L’implantation de plus en plus loin sur les terres de l’ouest de « lotissements » qui rognent leur territoire. Adrien possède deux juments. La plus vieille est pleine et la plus jeune participe pour la première fois de sa vie à la course. Il nous raconte que les chevaux vivent avec la famille, autour de la maison, un peu comme nous le ferions avec nos chiens et chats.

Adrien ne gagne pas cette fois la course. Ebony n’avait pas l’habitude de courir dans le sable, et le départ se faisait dans le carré de rodéo sur terrain mou. Elle doit encore s’entraîner. Mais avec le temps ce couple qui travaille en douceur arrivera sur le podium. On leur souhaite en tout cas!

A plus, pour vous entraîner au rodéo proprement dit
Nat et Dom

Sources qui m’ont aidée à écrire ce blog : http://www.golfelix.com/harasdeslacs/cheval.htm

EtoileDeLune

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>