Rodéo Païta

» Publié par sur 3, Déc 2012 dans Escales, Nouvelle Calédonie | 0 commentaire

Rodéo Païta

Bonjour,

Avez-vous déjà participé à un rodéo?

Pour tout vous avouer, moi je n’en avais jamais vu. Lorsqu’au programme de ce dimanche de Païta, je lis « concours du plus gros mangeur de c… de veaux ». Sincèrement, j’ai pensé à un jeu de mots un peu lourd. Et qu’il y allait avoir une razzia sur les côtes de veau. Nous partons donc, en ce dimanche matin, tôt de Nouméa, nous embarquons à bord, notre ami Daniel, Québécois et capitaine du bateau Perséïdes. Daniel vient de Trois Rivières (entre Montréal et Québec). Il a un fort accent québécois. Heu… toutes mes excuses. Je rectifie immédiatement (dès fois que notre Grand Frère du Grand Nord passerait par le blog) c’est nous qui avons un « très » fort accent. À tel point que nos cordes vocales déforment certainement nos tympans et font que nous entendons un accent qui est le nôtre….

Vous me suivez?
Pas trop…
Vous allez comprendre … Peut-être?

Notre ami Daniel est un grand familier de ce genre de manifestation. De sorte que lorsque nous arrivons à Païta et que nous tombons en pleine « castration à vif » des veaux. Et bien, il me sert de canne pour me rattraper et m’éviter de défaillir. Car finalement, les c… en question, ce n’étaient pas les côtes. Et … me voici entre un Caldoche (blanc à chapeau de cowboy) au fort accent de la Brousse, et notre Daniel au « presque pas d’accent québécois ». A chercher les sous-titres des échanges entre ces deux grands garçons qui suivent avec passion le « spectacle »… Heureusement que notre ami Daniel est là! Les expressions caldoches sont si pimentées, qu’il faut de l’entraînement pour comprendre. Daniel n’est pourtant pas du coin, il vient de débarquer sur la Nouvelle-Calédonie, et comprend parfaitement les :
« Chavire pas Quinquin!!! »
« à bloc! » (très bien)
« Tinkyu » (merci)
« Nân » (non)
« Awa » (je sais pas )
et … l’Ongîn »… (ça c’est un mot qu’on entend tout le temps qui ne veut rien dire… pour nous, mais qui pour les gens d’ici semble avoir une valeur inestimable!)

La liste de mes incompréhensions est longue et voilà encore un des grands mystères non élucidé de notre belle et vaste francophonie!!!!

Mais revenons à nos pauvres bovins. Ils défilent dans l’enclos. Les cow-boys n’y vont pas de main morte! Et dire qu’on traitait nos Ni-Vans de sauvages… Les veaux sans leur laisser le temps de dire ouf, se retrouvent plaqués au sol, jambes écartées, un coup de canif bien affûté et voici notre beau petit veau qui peut débuter sa carrière de castra. Sauf que ces bêtes là, ne pensent pas à pousser la chansonnette. Mais juste à déguerpir au plus tôt! …

Ils se vengeront plus tard… (vous verrez ça!!!)

Le Caldoche m’assure que la bête ne sent rien! J’ai envie de le pousser dans l’enclos pour voir ce qu’il en pense. Puis l’un des veaux est présenté dans un enclos plus petit et … bang, un coup de fusil dans la cervelle, il s’écroule. Notre Daniel assiste au dépeçage. Ben, là … j’ai préféré rejoindre les stockmen… dont je vous parlerai demain.

Et puis à midi, tout le monde a dégusté les c… de veau, aux dires de Dom tout cela a un goût très fin, autant que le ris de veau.

A plus, pour la suite…
Nat et Dom

PS : dans les photos ci-dessous, non seulement les veaux et ce qu’il en reste, mais aussi, Dom au « costume locale », et les filles de la Brousse, qui en jette!!!

EtoileDeLune

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>