VANUATU : un tour de Efate

» Publié par sur 6, Août 2012 dans Escales, Vanuatu | 0 commentaire

VANUATU : un tour de Efate

Bonjour,

Après les moyens de locomotion « dans les îles » voici ceux que l’on trouve sur Efate. Je sens votre étonnement, et vous vous demandez si Efate, n’est pas elle aussi une île? Et bien, les gens de Efate, lorsqu’ils vont ailleurs, ils disent « on part dans les îles ». Un peu comme on va à la campagne.

Efaté ressemble à une galette irrégulière dont les dimensions sont de 897.8 km2, elle est entourée de 9 ilots. On pourrait reprendre l’_expression_ démographique qui existait dans le temps pour « Paris et son désert » et l’appliquer ici à Port Vila et son désert. Plus de 90% de la population globale de Efaté et des îles vit dans la capitale. Très vite en sortant de la ville, la route se dépeuple.

Dans la ville le trafic est dense, sans pour autant égaler les bouchons de Papeete ! Il ne faut rien exagérer ! Sans doute le système de bus public favorise-t-il la fluidité du réseau autoroutier, qui ne compte d’ailleurs que de très rares voitures particulières. Le fait est observable, car les plaques minéralogiques indiquent la nature du véhicule : B = bus, PT = truck, PB= public bus (le prix de la course n’est pas soumis à l’imagination du conducteur), T= taxi… pas de marque spéciale pour les véhicules particuliers. Les bus locaux ne ressemblent guère aux nôtres, ils permettent une quinzaine de places assises sans compter le chauffeur et son voisin. Impossible d’y tenir debout, c’est bas de plafond. En fait ce sont de minifourgonnettes adaptées en transport public !

Hors de la ville, tout se fluidifie. La route est bordée des nombreux élevages bovins qui sont l’une des économies les plus importantes de l’archipel. Les Ni-Vans sont fiers de leur viande, ils disent que c’est la meilleure du Pacifique. Je ne sais pas ce qu’en pensent les Néo-Zed qui se targuent des mêmes qualités? Nous irons vérifier cela sur place ! Les bovins ont été amenés par les Français, des races limousines et charolaises qui paissent une herbe grasse et font plein de petits veaux. Inouï la reproduction se fait à bonne cadence !

Outre des paysages de montagne rassemblés au centre de l’île, ceux du littoral sont faits de plages de sable blanc ou de falaises coralliennes, Efate compte au Nord Ouest de son territoire, un paysage de savane. Sans transition, la forêt généreuse cède le pas à un décor presque africain, on attendrait les girafes et les éléphants! Sur quelques localités éparses, des vestiges de la colonisation française et anglaise ont laissé des carcasses rouillées d’usines. Partout, l’armée américaine a laissé des balafres de la Deuxième Guerre mondiale. Efate partage ce sort avec Santo. A la fin de la guerre plutôt que de ramener le matériel, les Yankees ont tout jeté à la mer. On voit ainsi des chars, et chenilles ou canon en fin de vie, délaminés par la mer qui tente de les digérer encore plus de 50 ans après.

Je vous ferai suivre les photos du tour d’Efaté en plusieurs épisodes, aujourd’hui nous cheminons dans la ville jusqu’aux premiers élevages de bovins
A plus,
Nat et Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>