VANUATU : île de Pentecôte us et coutumes (première partie)

» Publié par sur 3, Juil 2012 dans Escales, Vanuatu | 0 commentaire

VANUATU : île de Pentecôte us et coutumes (première partie)

Bonjour,

Aujourd’hui, et les jours prochains, je vais vous parler d’une des coutumes les plus spectaculaires du Pacifique Sud. Le Vanuatu n’en manque pas. Si le pays compte 115 langues vernaculaires recensées, il entretient encore aujourd’hui au moins autant de coutumes différentes. La société nivane est l’une des plus complexes que nous ayons eu l’occasion de côtoyer. On estime que cette diversité est due à la manière dont l’archipel a été peuplé. Des vagues d’immigrants sont arrivées d’Insulindes et des côtes étendues de l’Asie par la voie des eaux. Des flottes de pirogues contenant près de 200 personnes, des vivres, des cochons, des poules, des rats et des chiens ont abordé le Vanuatu il y a plus de 3500 ans. Certains « colons » ont emporté dans leurs bagages l’art de la poterie dite Lapita, originaire d’Asie, ce qui permet d’établir une date presque précise de leur établissement. Par contre, les peuples ayant gagné ces îles sans « industrie » (et il y en a certainement) n’ont pas laissé de trace de leur atterrissage, ce qui peut repousser dans les temps immémoriaux la date de la colonisation des Vanuatu.

Ainsi par vagues successives, les peuples ont apporté dans leurs bagages, leur langue, leur coutume, et leurs manières de s’adapter à un nouveau milieu.

Ce milieu a certainement engendré des craintes. En effet, le Vanuatu est sujet aux séismes, aux tsunamis, aux éruptions volcaniques et aux cyclones. De quoi donner naissance à une foison de rites animistes plus imaginatifs les uns que les autres. Par contre, les peuples du Vanuatu, ne laissent pas de traces de croyances religieuses, comme il en existe aux Marquises, ou ailleurs dans le Pacifique. Il semblerait qu’ils se contentaient de contrecarrer les foudres de la Nature par la coutume ou Kastom.

Au Vanuatu, la coutume est le ciment social. Si certaines représentations sont « publiques », la plupart des événements sont incrustés dans le tissu qui unit les êtres. Dans cette perspective, les « anciens » ont le rôle de professeur de vie vis-à-vis des jeunes générations. Bien sûr, la plupart des familles envoient leurs enfants à l’école (pas toutes). Dans les îles, il est rare de dépasser le niveau du primaire, au mieux la scolarité se poursuit par des classes professionnelles. Mais pour une question de moyens (une famille vit plusieurs mois avec 5000 vatus (40 euros) l’école n’est pas une priorité. Le plus fort de l’instruction se passe auprès des patriarches. Dans un pays, où le gouvernement ne peut prendre en charge, la santé et une grande partie de l’éducation, il est primordial d’apprendre à vivre, voire à survivre.

La nature est généreuse, elle donne à qui sait s’en servir les moyens de se nourrir et de guérir la plupart des maladies. Vous le verrez, plus loin, il est essentiel que ces populations qui ne sont pas « assistées » par un Etat préservent leur médecine ancestrale et leur mode éducatif. Perdre la tradition, la coutume et leur mode de vie signifierait pour beaucoup d’entre eux, une dépendance face à l’argent (difficile à gagner) et d’être entraînés dans la spirale qui leur ferait abandonner ce qu’ils nomment leur « jardin », pour la ville qui n’a rien d’autre à leur offrir que la dépendance, la pauvreté sous sa forme la plus poussiéreuse que notre monde peut engendrer.

La plupart des Nivans ont bien compris tout cela et ils préservent à 80% de la population la richesse de leurs acquis ancestraux. Seuls 20% de la population vivant à Port Vila. Pour tout ce qui dépasse la connaissance des ancêtres, leur maîtrise de la santé par la nature, et bien, il reste les rites animistes. C’est ainsi que chaque peuple a imaginé des danses, chants, sacrifices, performances humaines de tout type, création de costumes effrayants…

Dans la longue, très longue liste de coutumes étranges auxquelles on peut assister au Vanuatu se trouve le Naghol, il a lieu en avril, mai, sur l’île de Pentecôte. On trouve leur performance sous diverses appellations : « land diving » en anglais, saut de Gaul en français et Naghol (aux diverses orthographes) en langue locale.

Je vous livrerai la suite de ce récit demain.
Nat et Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>