VANUATU : Port Villa … une autre histoire

» Publié par sur 11, Juin 2012 dans Escales, Vanuatu | 0 commentaire

VANUATU : Port Villa … une autre histoire

Bonjour chers amis,

A chaque escale, on démarre une autre histoire…

Nous sommes saoules! Depuis Tahiti nous n’avions pas vu autant de voitures.
Les bouchons de Port Villa!
Ah ça, vaut le coup!
Des minibus, des pick-up chargés de femmes aux grandes robes colorées, des enfants plein les bras. Des hommes aux faciès imprimés de rides profondes, arborant des tee-shirts à l’effigie de Bob Marley… De la musique, des notes aux teintes de reggae, je crois reconnaître une mazurka… un fond de biguine. Ces fleurs imprimées sur les robes, ces petites dentelles blanches aux manches, ici plus rien n’est polynésien.

Bizarrement, je ressens à la fois quelque chose de familier et de dépaysant. Le côté familier est inspiré par des relents de créolité. Quelque chose d’Afrique, pourtant, nous en sommes si loin! Les femmes vanuatanes, sans ressembler physiquement aux Antillaises, ont une allure, un déhanchement, une nonchalance, cette manière de partir en éclats de rire ou au contraire de faire la moue, ..
Ah, il y a quelque chose, c’est sûr!

Mes oreilles cherchent un air de « zouk la se seul medicamen nou mi… zouk la vie com si pa ni pwoblem ». Elles pourraient le trouver si elles badaient assez longtemps dans le coin… Mais ici, personne ne parle le créole… Personne ? Et bien, le hasard nous met sur la route de Georges, un Réunionnais, qui est ici depuis plus de 30 ans. Il nous alpague : « Vous ! Vous êtes Français ! ». Il nous explique ce que nous voyons et que nous ne comprenons pas d’un seul coup d’oeil.

Pour être honnête, la créolité n’est pas présente ici, aux Vanuatu. Les traits des Vanuatans, n’ont rien d’antillais, sans ressembler aux Aborigènes d’Australie ou aux Papous, ils ont pourtant un air de famille. …
Décidément, il y a vraiment quelque chose…

Le climat n’est pas là pour nous charmer. Le paysage non plus. La ville est mal fagotée, en effervescence permanente, partout des grues lèvent des murs d’hôtels, d’immeubles. On investit à Port Villa! Qui? Ne me le demandez pas. Mais les affiches publicitaires, le nombre incalculable d’agences immobilières, les banques en enfilade sur la rue principale sont autant de signes de la volonté locale à attirer les investissements d’où qu’ils viennent.

Un décor brouillon, presque burlesque de belles façades pour les banques et les agences immobilières, au bord d’une rue dans un état désastreux. La poussière embrume les habitants qui déambulent dans cette ville où j’ai la sensation bizarre qu’ils s’y sentent eux-mêmes étrangers.

Paraît-il que seule Port Villa dispose de l’électricité sur Efaté. Le reste de l’île est plongé dans l’obscurité. Lors de notre dernière nuit de navigation, j’avais été étonnée de découvrir cette terre noire. Si noire, si basse qu’un moment j’ai cru qu’un grain se reflétait sur l’horizon. J’ai mis un moment à réaliser que nous longions une côte. Je l’ai pensée désertique, vidée de tout habitant. Mais Georges nous a certifié que l’île est très peuplée. Cependant hors de Port villa, les habitants vivent, comme il ont toujours vécu, à la lueur du feu de bois. Ce bois vendu en fagots sur le marché.

Ah le marché de Port Villa, sans doute est-il responsable à lui seul de notre première impression! Il grouille de vie, de victuailles, de fleurs. Les femmes, assises par terre, gardent leurs étales qui croulent sous les légumes et les fruits. Une grande partie de la vie des Vanuatans semble se dérouler par terre. Partout, tout le monde est assis sans façon. Une femme nourrit sa petite fille du lait d’une noix de coco, à côté jeune mère berce son petit garçon, les plus grands sont assis à la ronde autour des mamans… et la vie se passe en attente du client, sans pour autant ressentir la moindre agitation.

Nous sommes sous le charme.
Et tant pis pour le mauvais temps, nous avons décidé d’attendre qu’il se rétablisse, pour nous consacrer pleinement à cette escale, qui nous promet de belles découvertes!

A plus, pour d’autres clins d’oeil des Vanuatu, une destination vraiment particulière!
Nat et Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>