WALLIS : balade à Nukutapu

» Publié par sur 23, Mai 2012 dans Escales, Wallis | 0 commentaire

WALLIS : balade à Nukutapu

Bonjour,

Aujourd’hui, le vent se calme peu à peu, nous venons de vivre 36 heures musclées, ou le vent a atteint et dépassé 30 noeuds. Rien de grave, notre mouillage est protégé de la houle, et nous ne subissons pas le vent tel qu’il est au large. Ce matin, nous emmenons l’ordi à terre, pour une connexion sur la terrasse de Michel et partager une superbe balade que nous avons faite sur le lagon.

Petite sortie à l’îlot Nukutapu.

Il est chapeauté par l’oratoire Saint Christophe. De là, le panorama s’ouvre sur les nombreux îlots qui parsèment le lagon et sur l’île principale d’Uvea.

Pour notre première visite, Emilien, le fils de Michel nous accompagne. Un jeune homme de 13.5 ans, charmant, plein de délicatesse, qui me ramasse des fleurs de frangipanier à poser sur l’oreille, droite, me précise-t-il, parce que je suis mariée… Ce jour-là, le soleil joue à cache-cache entre les nuages. Le lagon se révèle plus sombre qu’à son habitude, les teintes ressortent « différentes ».

Lundi dernier, nous profitons d’un franc soleil pour y retourner. Et là, le panorama se révèle scintillant. Nous nous prenons pour de réels Robinson. La marée est basse et nous permet de faire le tour de l’îlot et même de rejoindre par une langue de sable Nukuatea, une île beaucoup plus grande que la première. Il abritait autrefois, les lépreux de Wallis. Cette maladie était très courante dans tout le Pacifique. Elle était si commune que dans certaines îles, comme sur Rapa Nui, les habitants gardaient leurs lépreux avec eux, mangeaient dans les mêmes plats, sans faire de cas d’une éventuelle contamination.

Aujourd’hui, il ne reste que les ruines de la léproserie, et seuls les moustiques habitent l’île en permanence. Ils sont si entreprenants, qu’il suffit de passer dans les sous-bois pour en ramener un bataillon entier vers le soleil. Ils sont tenaces, car ils résistent à la brise et au soleil qui pourtant sont réputés leur faire peur!

Peu importe, ils grignotent goulument un petit bout de chair offert inconsciemment pendant que je me régale à trouver l’angle pour quelques clichés. Nous sommes heureux! Nous nous baladons au bout du monde, seuls sur des plages de sable doré où la mer en descendant a tracé des sillons de vaguelettes. Le calme est absolu, la chaleur enveloppante aiguillonne nos envies de baignades. Nous empruntons le pont de sable entre les deux îlots, déjà il s’amenuise au rythme où la marée remonte. Puis, nous nous jetons à l’eau, sous l’oeil bienveillant de Saint Christophe. Elle rafraîchit à peine tant elle est chaude! Des petits poissons rayés viennent nous picorer les mollets. Impressionnants de curiosités, nous sommes leur attraction vivante! L’eau est translucide, à peine ridée.

Le Bonheur!

Je vous livre les clichés en plusieurs rubriques de blog (le web master me limite à 2 Mo)
A la suite de ce mot, les premiers clichés sous un ciel nuageux, puis dans les suivantes, sous un franc soleil.

Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>