WALLIS arrivee et premieres impressions

» Publié par sur 15, Mai 2012 dans Escales, Wallis | 0 commentaire

WALLIS arrivee et premieres impressions

13:20.1543s 176:13.4190W

position à 11 heures locale 15 mai
Distance parcourue entre Bora Bora et Wallis : 1510
Distance en ligne directe depuis Bora : 1440
vitesse moyenne du bateau : 4.84 noeuds
Temps de navigation : 13 jours

Bonjour,

La dernière nuit a finalement été clémente. Nous nous sommes relayés sur le pont pour ralentir le bateau et arriver à 8 heures (étale de basse mer) à la passe de Wallis. Nous ne voulions pas arriver de nuit, et pour cause la passe est menue. Pour atteindre l’un des mouillages du lagon, c’est trompeur, on pense pouvoir aller tout droit en entrant entre deux motus… et non! Il y a un virage serré à effectuer juste après le franchissement de la passe. Virage entre le récif et un motu. C’est bien balisé de jour, mais je ne suis pas certaine que tous les feux fonctionnent de nuit. Et le chemin à emprunter pour rester dans les eaux profondes n’est pas « logique » en comparaison avec tous les atolls que nous avons fréquentés.

Dès notre approche à l’extérieur du récif, nous étions « crochetés » sur le 16 par Michel de Radio Wallis, il nous a guidés jusqu’au mouillage, nous désignant même le point exact où nous trouverions non seulement du sable de bonne tenue, mais également un plan d’eau fait comme du carrelage!

Quel bonheur, en jetant l’ancre, de retrouver une stabilité! On en est tout groggy après 13 jours de danses dignes d’une « rave party ».

On aurait voulu le faire exprès… on n’y serait pas arrivé. Nous sommes partis le 1 mai à 11 heures de Bora Bora, et arrivons le 15 mai à 9 heures à Wallis (sans décalage horaire cela donne exactement une arrivée à 11 heures le 14 mai, heure de Polynésie). Treize jours pile poile!

Bilan de traversée…
Je dirais « cela aurait pu être pire! »
Sur 13 jours, nous avons eu droit à
– 7 jours de beau temps, vent correct entre 10 et 18 noeuds au portant, toutefois, nous avons gardé en permanence une mer formée et disproportionnée au vent
– 6 jours/nuits d’orages, vents variables en forces et en direction (de 0 à 35 noeuds) vents d’ouest, nord-ouest, sud, nord…
– 10 jours de mer hachée, croisée, désordonnée entre 3 et 6 mètres de creux
– 61 heures de moteur, soit panne de vent (un cumul de 2 jours et demi de voile mécanique, ça c’est un record pour nous!)

Quelques INFOS sur la zone de navigation

Le parcours Polynésie vers l’ouest est sujet à ce genre de soubresauts, car on traverse obligatoirement ce qui s’appelle la zone sud pacifique de convergence (SPCZ south pacific convergence zone). Cette zone s’étale depuis la Polynésie, englobe les Cook, les Tonga, les Samoa et remonte jusqu’aux Salomon. Elle s’effrite à partir des Fidji en descendant sur les Vanuatu (15°S 150°E) (20°S 150°W). Cela forme un énorme ballon de rugby placé en travers du Pacifique sud, il se développe à l’intersaison, entre l’été et l’hiver austral. Ce ballon se déplace constamment dans la zone, interagissant avec les fronts froids et chauds poussés par les déplacements d’anticyclones d’Australie ou de l’île de Pâques. A l’intérieur de cette zone, on trouve de tout. Des macarons de ciel bleu sans vent, des grains, des orages, une mer désordonnée … mais pas seulement (!) Nous avons le témoignage de certains bateaux qui se sont vraiment trouvés en de très mauvaises postures. Certains systèmes orag
eux, forment de réelles petites dépressions qui peuvent faire passer, d’un claquement de doigts, des vents cléments de 12 noeuds de SE à des vents violents de 70 noeuds venant du Sud Ouest pendant plusieurs heures.

Avant d’entamer une traversée depuis la Polynésie vers n’importe quel archipel à l’ouest, il convient de se renseigner de la force et de la position de la SPCZ. Et de garder son déplacement et évolution à l’oeil. Les cartes isobariques délivrées par la station des Fidji sont assez éloquentes, Météo France Polynésie et Bob Weathergram disponible également dans le catalogue winlink donnent la position de la SPCZ.

Nous pouvons dire que même si certaines nuits ont été éprouvantes, nous n’avons pas été mis en difficultés par ces phénomènes extrêmes, mais néanmoins présents dans cette zone. La plupart du temps, nous avons adopté comme stratégie de ne pas foncer dans les amas noirs qui se formaient à l’horizon. Nous en avons contourné certains, et finalement, tout s’est bien passé.

Dès notre arrivée, nous sommes allés saluer Michel à terre. Il nous a emmenés à la gendarmerie, et à la douane pour faire les formalités. Le gendarme en faction m’a offert son collier de fleurs en cadeau de bienvenue. L’ambiance est vraiment très décontractée, et à midi, nous étions à la table de Michel, avec son fils Emilien et les grands parents wallisiens à manger une délicieuse jardinière de légumes.

Quel accueil!!!!
Vraiment nous lui sommes très reconnaissants de toutes ses attentions, grâce à lui et sa gentillesse nous sommes d’aplomb dès notre arrivée.

Prochaine nuit sans quart!!!! youpiiiiiiiiiiiiiiii!!!
Nat et Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>