NAVIGATION VERS WALLIS position et conditions et HISTOIRE d’une LIGNE

» Publié par sur 13, Mai 2012 dans Navigation | 0 commentaire

NAVIGATION VERS WALLIS position et conditions et HISTOIRE d’une LIGNE

13:52.71S 173:22.35W
position à 14 heures locale le 13 mai ( 2h UTC ou 4h en France)
Distance restant à parcourir : 170 milles nautiques
Distance parcourue depuis le départ : 1340
Cap suivi : 260°
vitesse du bateau : 4.5 noeuds
Allure : vent arrière bâbord amure

Conditions :
Houle courte 2 mètres, (houle du vent, sans houle croisée)
Vent 10 à 15 noeuds SE

Bonjour chers amis du voyage,

Le voyage m’a appris à vivre le moment présent. Il faut prévoir, certes, se donner des grandes lignes de programme, mais pour autant, il ne faut jamais se figer dans des décisions arbitraires, des illusions de vécus à venir, des idées préconçues. Partir au long cours, c’est chaque jour s’adapter à ce que la vie nous offre au temps « T ». Et je dirais, même que par la mer, notre odyssée nous a forcés, plus que tout autre forme de pérégrination, à nous adapter aux conditions telles qu’elles se présentent et s’imposent à nous.

Et voici, qu’aujourd’hui, en quelques minutes, toute cette belle philosophie s’écroule face au découpage du temps par l’humain. Aujourd’hui, n’existe pas! Dès mon lever, je suis déjà demain!

Tout cela c’est encore de la faute à Magellan!
Le pauvre! Je lui colle tout sur le dos, n’a-t-il pas eu assez de soucis en laissant sa tendre peau se faire mastiquer par une tribu des Molluques?

Pour la petite histoire, ce cher Magellan partit de Cadix le 20 septembre 1519. Financé par la couronne d’Espagne, il s’était donné pour objectif d’ouvrir une route aux épices qui passerait par l’Amérique latine. Faut-il rappeler l’importance des épices? A l’époque le poivre, la cannelle, le girofle, le gingembre valaient six fois le poids de l’or!

Avant lui, Christophe Colomb avait complètement « loupé » le grand continent, quant à Balboa, il avait entraperçu, un océan au-delà de l’Isthme de l’actuel Panama. Magellan, qui n’était qu’un « petit mal né », ayant servi 7 ans dans les forces portugaises à travers l’océan Indien et jusqu’aux Molluques, restait persuadé qu’il existait au-delà de cet horizon, des possibilités plus vastes encore que ce que le « Fortuné » Manuel, roi de sa patrie d’origine n’exploitait. Manuel ne vit pas l’intérêt de financer son expédition, il l’autorisa à vendre ses services à d’autres couronnes, c’est l’Espagne qui le recueillit. (Comme l’histoire se répète! Colomb lui aussi dût changer de couronne pour trouver finances à ses pérégrinations)

Je vous passe les détails d’un parcours laborieux au travers du détroit qui porte aujourd’hui son nom, qu’il découvrit et dont il sortit victorieux le 28 novembre 1520. Je vous épargne le scorbut, les mutineries, les famines, les trahisons, les condamnations à mort, les avaries, et autres naufrages… Rien ne manque à cette formidable aventure, pas même la conversion du Roi de Cébu au catholicisme, avant le massacre, du capitaine ne personne, par une tribu de Mactan.

Il reste sur les 265 hommes d’équipage partis d’Espagne, 18 hommes. L’un d’eux va mener l’équipage sur un bateau qui prend l’eau, il se nomme Juan Sebastian El Cano (aujourd’hui, il donne son nom au « trois-mâts-école » navire de guerre espagnol). Il parvient à contourner le Cap de Bonne-Espérance. En 1522, devant le Cap-Vert, l’équipage mourant de faim et de soif se livre aux autorités portugaises. Tous avaient juré de garder le secret absolu sur l’exploit qu’ils venaient de réaliser : premier tour du monde d’est en ouest réalisé par un même bateau et un même équipage. Mais leur carnet de bord, et la date indiquée au jour de leur entrée en geôles portugaises du Cap-Vert les trahit :
« Comment? Nous ne sommes pas un Mercredi? Aujourd’hui c’est jeudi? »

Par quelle étrangeté aurions-nous perdu un jour, alors que le journal a été tenu scrupuleusement?
Ce jour de décalage, ils ne pouvaient l’avoir perdu qu’en tournant d’est en ouest autour de notre planète! C’est ainsi que les 18 hommes se retrouvent quelques semaines plus tard, un cierge à la main défilant sous les acclamations des habitants de Séville. Les cloches de la cathédrale sonnent, sonnent, sonnent : LA TERRE EST RONDE! Pytgagore l’avait affirmé quelque 2122 années plus tôt, sans pouvoir le prouver.

Avec cette découverte, l’homme allait devoir diviser notre planète en fuseaux horaires, il en découle le T0 à Greenwich et la ligne de changement de date, au 180° ou l’Est et l’ouest se chevauchent avant de passer la main.

Revenons à bord de notre Etoile. Je vous vois étonnés en regardant notre longitude. Nous ne naviguons encore que par 173° de longitude ouest et pas encore sur cette belle ligne tracée au 180° E/O. Ici, cette ligne a pris quelques fantaisies. Au point extrême ouest des Samoa américaines, nous quittons le fuseau horaire des Etats-Unis. Les Samoa américaines sont à -11 heures du temps universel (le fameux T0 de Greenwich). Les Samoa indépendantes, par soucis de se rapprocher de leurs grands voisins Néozed et Australiens ont décidé en 2011 qu’ils feraient partie des « pays de l’autre côté de la ligne ». Ainsi, ils sont à +13h TU. Ce qui signifie que les deux archipels samoans ont la même heure, mais pas la même date. Quand il est midi dimanche aux Samoa américaines, il est midi lundi aux Samoa indépendantes.

Les Fidji et Wallis sont également passés de l’autre côté de la ligne. Wallis ne se trouvant qu’à 4 degrés du 180°, soit au 176° ouest, et dépendant en tout de la Nouvelle-Calédonie, s’est rangée, par souci de facilité aux horaires de son voisin français le plus proche.

A présent à bord de notre Etoile, nous sommes donc à +12h TU. Donc à 8 heures du matin ce dimanche matin, il est 20 h samedi à Greenwich (TU) et 22 heures samedi en France.

Ainsi, tandis que nous étions bon derniers de notre Belle Planète à voir le coucher du soleil jusqu’aux Samoa américaines, à présent, nous sommes les premiers à nous réveiller! Mais pour arriver à être les premiers, ils nous a fallu céder un jour! Pour nous, le 11 mai n’a pas existé…

A plus, pour vivre en direct les dernières heures de navigation vers Wallis
Nat et Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>