Moorea : les fleurs de corail, balade sous-marine

» Publié par sur 26, Jan 2012 dans Escales, Polynésie | 0 commentaire

Moorea : les fleurs de corail, balade sous-marine

Bonjour,

Hier je vous offrais des roses de porcelaine. Plutôt que de les cueillir, je vous ai ramené une moisson de clichés.

jpgH1vvvyp3ZfAujourd’hui, nous nous baladons en PMT (palme, masque, tuba) et je vous ramène les insaisissables « fleurs de corail ». Pardonnez cette dénomination impropre des polypes. Mais lorsqu’ils sortent, colorés, vifs, ondoyant dans le courant, ils me font immanquablement penser à des fleurs. Pourtant, rien n’est plus faux, le corail, colonie immense de polypes, n’est pas une plante, mais bien un animal complexe qui a bien du mal à résister aux affres qui lui sont imposées depuis quelques décennies. Sans lui, nous serions aussi mal lotis que si nos chères forêts disparaissaient de notre Planète. Pourvoyeur d’oxygène, il mérite de vivre dans son élément plutôt que de rejoindre les joailleries, les industries pharmaceutiques ou de succomber à la pollution par pesticides…(OK, je l’admets, pour ceux qui aiment le détail, l’oxygène n’est pas fourni par le corail lui-même, mais plutôt par une algue zooxanthelles vivant en symbiose avec lui.)

Revenons à notre balade en PMT… J’admets que sans ses « jolies fleurs », le corail paraît aussi morne qu’un mur, muet, sans vie… Mais dès qu’il déploie ses adorables coroles colorées, on mesure toute la fragilité de ces êtres qui le constituent.
Fragiles, dis-je?
Mais, ils sont capables, plus qu’une armée entière, de dresser des frontières solides entre l’océan et les lagons. Au départ ce ne sont que de microscopiques madrépores, mais ensemble, ils sont bien plus forts que toutes les digues bâties par l’Humain.

Tâchons de respecter les petits, leur union est redoutable!

Déjà dans la Grèce antique, le corail fascinait, les anciens affirmaient que le sang de Méduse vaincue par Persée engendra le corail rouge de la Méditerranée. Au Moyen-Âge, le corail servait de talisman contre la sorcellerie. Il assurait des récoltes fertiles. Et les Marins, aimaient en posséder à bord de leur bateau, car ils croyaient ferme que le corail éloignait la foudre… Au Tibet, ou dans les peuplades indiennes d’Amérique du Sud, il est considéré comme une pierre sacrée, symbolisant « l’énergie de la force vitale » et protégeant du mauvais oeil.

Puisqu’il a si longtemps protégé l’homme, à notre tour de le protéger. Et j’avoue que les alarmes sont si bien tirées, que je suis confiante. Il y a eu des abus, mais aujourd’hui, pas une seule personne sur Terre n’ignore son rôle, et donc chacun est prêt à son niveau à collaborer à sa préservation. De nombreux efforts restent à faire, mais des lois interdisent partout sa pêche. Et une lente, mais progressive éducation de l’homme est en marche, pour qu’il cesse d’être un prédateur, et qu’il devienne le gardien du bien-être de sa Planète.

Un peu de positivisme dans ce monde ;-)!!!
A plus, pour d’autres clins d’oeil
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>