MOOREA : une drôle de bête !

» Publié par sur 22, Jan 2012 dans Escales, Polynésie | 0 commentaire

MOOREA : une drôle de bête !

Bonjour,

En nous baladant dans le lagon, nous avons trouvé sur notre chemin une drôle de bête!

Elle se hisse avec lenteur sur le récif, d’une forme ovoïde et hérissée, nous n’étions pas rassurés à sa vue. Elle inspire de funestes pensées. Par précaution, nous l’avons caressée de l’objectif, sans pour autant la toucher. Heureusement, car en rentrant nous avons cherché sur Internet et nous avons trouvé qu’elle s’appelait « acanthaster pourpre » ou Acanthaster planci. Ce nom n’est pas dangereux en soi. Mais, elle pourrait sans sourciller endosser le rôle principal d’un film qui s’intitulerait « exterminatrice sans scrupule ».

« L’acanthaster est une sorte d’étoile de mer, de la famille des Acanthasteridae, de la classe des Valvatida (anciennement Spinulosida). Elle est aussi appelée « couronne du Christ » ou « couronne d’épines » ou encore « coussin de belle-mère ».
Cette espèce carnassière vit dans les écosystèmes coralliens de la zone tropicale du bassin Indo-Pacifique. »

« Elle se nourrit presque exclusivement de corail. »
La vilaine! Il paraît, du dire des insulaires, que c’est la plaie du lagon! Ils nous ont également défendu de la toucher, car cette espèce est hautement toxique pour l’homme.

Ces conseils sont confirmés par l’encyclopédie Wikipédia : « De dimensions imposantes, de couleurs et de morphologie variables, elle est dotée de piquants dont le venin, qui provoque la nécrose des tissus, est toxique pour un grand nombre d’espèces, l’homme y compris, ce qui lui fait craindre peu de prédateurs. Sa capacité de reproduction est très importante, les femelles pouvant produire plusieurs dizaines de millions d’œufs par saison. Les larves, planctoniques, sont particulièrement mobiles, et peuvent dériver sur des centaines de kilomètres.

L’acanthaster est ainsi connue pour être localement une espèce invasive à fort potentiel de destruction sur les récifs coralliens, dont elle consomme les polypes en grande quantité, et elle a fait l’objet de tentatives d’éradication dans certaines régions du monde telles que le Japon ou l’Australie. Les facteurs à l’origine de ces invasions sporadiques des récifs par cette étoile de mer sont encore à l’étude en 2011. »

Pourvu qu’on en vienne à bout! Elle va détruire tout l’écosystème si elle prolifère au rythme actuel. Cependant, à notre humble niveau d’observation, nous n’en voyons que rarement. Espérant que les chiffres alarmistes des encyclopédies soient inférieur à notre niveau de positivisme.

A plus, pour d’autres nouvelles des îles
Nat et Dom
Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>