POLYNESIE_météo de l’été austral

» Publié par sur 9, Jan 2012 dans Escales, Polynésie | 0 commentaire

POLYNESIE_météo de l’été austral

Bonjour,

Dans les derniers blogs, nous partagions des clichés de cieux qui en disaient long sur la situation à venir. Les météos de tout bord nous prédisaient l’Aberizina. Des vents forts de 80 à 90 km/h, ce qui donne pas loin de 45 noeuds. Là ça commence à compter ! Des vents soutenus de 25 noeuds se prennent sans sourciller au mouillage, à 30 noeuds on sent déjà les haubans qui vibrent, mais rien de méchant, à 35 c’est très gérable aussi… Des rafales à 40, il faut l’avouer ce n’est pas agréable. Mais un vent de 45 noeuds annoncé, c’est préoccupant, car on ne sait jamais comment ça se finit. Les prévisions sous-estiment – elles le phénomène? Qu’est-ce qui se cache dans la prochaine dépression? Nous avons eu déjà beaucoup plus fort, dans le cyclone Emily et finalement tout s’est bien passé. On se rassure. Mais tant que le phénomène n’est pas sur nous, on gamberge, sachant que nous sommes tout de même en saison cyclonique. Les questions trottent. Alors, comme notre boule de cristal n’est pas au top de sa forme, nous préparons le bateau.

D’abord nous décidons de descendre sur Moorea, car Bora, de l’expérience des anciens, est toujours plus enclin à recevoir les coups de semonce que toute autre île de l’archipel.

Pourquoi?

Vous le verrez sur les cartes satellites ci-dessous. Un chapelet de dépressions se forme aux abords d’un anticyclone situé dans le sud des Cook. Les dépressions qui d’habitude s’ébattent dans des latitudes plus australes sont obligées de monter. Elles suivent un chemin ondulant du sud-ouest vers le sud-est en effectuant entre les deux, une remontée vers le nord. À la hauteur de Maupiti et de Bora, elles bifurquent vers le sud sud-est. Ce qui donne « une chance » à Moorea et Tahiti d’être situés un peu plus à l’écart du centre dépressionnaire.

Arrivés à Opunohu, nous choisissons notre mouillage, cette fois nous ancrons notre Etoile à Oponohu. Il s’avère face au vent de NNW prévu, mais la barrière de corail nous protège de la mer, annoncée forte, elle aussi.
Pourquoi ce choix?
Le dernier coup de Nord Ouest que nous avons subi à Vaiare nous laisse un goût amer. Pensant nous protéger sous le vent de l’île nous nous sommes placés pile poile dans le chemin des rafales. Tous les copains restés au vent n’ont subi que le vent réel. Par contre de notre côté les effets venturi engendrés par la configuration des montagnes sont tel que nous avons subi des forces à 40 noeuds contre 25 pour les copains. Ce phénomène est à retenir pour les candidats à la Polynésie. Dans toutes les îles de la Société et des Marquises, l’effet venturi des côtes sous le vent est puissant.

Donc, nous voici à Opunohu. Nous assurons le mouillage par deux ancres. Nous ne plaçons pas les petits tauds pare-soleil habituels pour éviter le fardage. Nous enclenchons l’alarme mouillage, la centrale de navigation. Et… nous attendons, tout en surveillant la météo régulièrement. Les prévisions ne s’améliorent pas, loin de là ! Les tableaux virent au rouge et au mauve foncé, les vigilances météo pleuvent… Et nous attendons. Ça, je l’ai déjà écrit!!!

En réalité, cela fait, au moment où je vous écris, 36 heures que nous attendons. Je vous rassure, on fait autre chose : Dom a notamment reçu pour Noël un Rubik’s cube à 12 faces qui l’occupe pas mal. Moi j’ai des centaines de photos à vous préparer pour le blog… Et la nuit passe. À 3 heures enfin, un grain nous sort du lit. Nous disons ça y est ! On va en découdre. L’anémo monte… à …à … 25 noeuds, 30… peut mieux faire? Non, il s’essouffle, et pouf 0. Zéro noeud de vent, et une pluie battante. Tant et si bien que nous allons nous transformer en grenouilles !

Vous allez croire que nous serions presque déçus… Mais non ! Nous sommes ravis que la météo se trompe d’un déficit de 45 noeuds de vent!!! RAVIS!!! Par contre, nos batteries râlent pas mal : pas de soleil, pas de vent. Mais qu’est-ce qui va bien nous donner de l’énergie? Je rêve d’un pédalier sous la table à carte d’où je vous écris. Mais il me faudrait apprendre à pédaler en tapant des dix doigts sur le clavier!!! Un coup à prendre ;-). Ou alors inventer l’éolienne qui se transforme en roue à eau, comme pour les bateaux du Missipi, mais la nôtre tournerait grâce à l’écoulement d’eau venu du ciel. (Vive les batteries longue durée sur les ordis!!!)

En tout cas, il pleut ! Et ce n’est rien de le dire. Les montagnes autour (quand nous pouvons les apercevoir, car le manteau nuageux enchâsse notre Etoile) sont lézardées de cascades. Ces montagnes si brunes, qui s’abîmaient dans les incendies de cet hiver, regorgent d’eau et ne parviennent plus à l’absorber. Les vannes du ciel sont ouvertes, elles crient aux inconscients pyromanes: « plus jamais ça ! »… Quitte à les noyer !

Quant à nous, nous apprécions l’étanchéité de notre Etoile. Le bateau que nous avions précédemment se serait transformé en vraie piscine !

Dernière petite chose… Un clin d’oeil météorologico-linguistique. Dans le bulletin hebdomadaire de Bob Weathergram nous lisons pour la dépression qui suit celle-ci la phrase suivante :
« The Low between Tonga and Niue has a moderate chance of deepening into a cyclone over next few days and may go east then get knocked to the west for a while. Watch and avoid. »

Et voici comment les logiciels de traduction instantanée sur le net traduisent la chose !!!

jpgrERWjsOgjI
No comment 😉

A plus pour des nouvelles, que nous espérons rayonnantes (et si le soleil ne vient pas, je m’arrangerai pour qu’elles le soient quand même ! Car voici quelques images qui vont briser le mythe… )
Nat et Dom
www.etoiledelune.net
PS pour suivre la météo du Pacifique, n’oubliez pas notre lien sur le site : http://etoile-de-lune.net/edl/meteo/pacifique_est.html

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>