NOEL EN VOYAGE Rétrospective 2007

» Publié par sur 16, Déc 2011 dans Non classé | 0 commentaire

NOEL EN VOYAGE Rétrospective 2007

Episode 4 de la série Noel en Voyage : 2007, Carthagène, Colombie

Bonjour,

Pour ce quatrième Noël, de notre voyage, je vous emmène dans l’un des pays qui, avec le Québec et la Polynésie, nous ont le plus marqués : la Colombie. Nous ne devions pas nous y arrêter. Nous devions suivre les prérogatives du guide de Jimmy Cornell… mais les voies du destin sont irrésistibles!

Tandis que nous quittons Aruba pour atteindre en ligne directe Carthagène, au large de Cabo de Vela, un dysfonctionnement énergétique nous contraint à faire halte. Nous jetons l’ancre à Cabo de Vela, en quelques minutes le fautif se dévoile (un fil oxydé comme c’est souvent le cas sur nos bateaux). Il est remplacé, nous pourrions reprendre notre route immédiatement. Un regard circulaire nous en dissuade. Après plusieurs années de navigation au travers des îles lumineuses et foisonnantes de végétal des Antilles, nous tombons en plein désert. Un espace minéral inouï! Le cadre de vie des Indiens Wayuu de Colombie.

Le coup de foudre!
Nous décidons de prospecter le long des côtes de la Colombie, et de nous arrêter partout où nous serions bienvenus.

Nous découvrons des paysages contrastés, nous passons du désert minéral aux très hautes montagnes des Andes (5778m), et que dire de Carthagène, tout simplement féérique ou des îles bigarrées du golfe Darien?

Il en résulte une escale de 18 mois, où de Cabo de Vela (Frontière avec le Venezuela) à Zapzuro (à la frontière du Panama) nous vivons une expérience unique. La population est si accueillante qu’elle nous adopte! Nous trouvons à Cabo de Vela en Maria Louisa, une grand-mère, et à Guairaca, un grand-père! Nous sortons des sentiers battus, pendant des semaines nous ne croisons pas d’autres bateaux. Nos fréquentations changent, nous nous mêlons à la population locale. Elle nous transforme, elle métamorphose notre vision du monde, elle nous entraîne dans son mode de fonctionnement, celui de l’ouverture. Jusque-là, il n’y avait entre nous et nos hôtes d’escale qu’une relation commerciale. Dès la Colombie se tissent d’autres liens. Un rapprochement, imbibé d’échanges à tout niveau. Nous apprenons une langue, mais pas seulement, nous intégrons un tout autre mode de vie, une vision du partage qui nous colle désormais à la peau.

Les Colombiens abordent l’étranger avec désinvolture et humour. Dans les rues des villes, il n’est pas rare de se voir interpelé par une jeune (ou moins jeune) femme de manière très familière. Elles nous alpaguent : « mi vida » (ma vie), « mi amor », « mi corason »… Tout cela met à l’aise très rapidement, et nous passons Noël à Carthagène, la ville aux mille balcons fleuris, la Ville lumière. Elle reste à notre sens la plus belle ville tropicale de notre voyage. Une simple merveille… Quant aux autres escales, elles restent à tout jamais gravées dans nos esprits et nos coeurs. Que dire de l’émotion ressentie avec les enfants de Fuerte! Je me revois relevant l’ancre en versant une larme à chaque maillon tombant dans le puits de chaîne, tandis que les enfants crient sur le rivage : « Natalia, Domingo… regressan! » (Nat et Dom revenez!)

Pourquoi partir?
Je n’ai aucune réponse, sauf peut-être demain, dans le prochain épisode…
A demain, donc…
Nat et Dom
www.etoiledelune.net

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>