POLYNESIE envie de farés

» Publié par sur 5, Nov 2011 dans Escales, Polynésie | 0 commentaire

POLYNESIE envie de farés

Bonjour,

Ouh, là, là!!!
Quelles réactions au blog d’hier!
Vous y avez cru?
Bien sûr que non!

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJe ne laisserais, mon beau capitaine et notre Etoile de Lune pour rien au monde, et ce, contre n’importe quel faré de notre belle planète! Le bateau est le plus formidable véhicule de liberté. Emancipé de la rigidité de la terre, soumis aux éléments, il apprend le temps! Celui qu’il fait au-dessus de nos têtes et celui qui passe sous la coque. Humble face à l’immensité de l’océan, il choisit son horizon, il tend son étrave vers l’ailleurs, celui plein de surprises, qui ne réservent que du bonheur. Il remplit ses soutes d’images, d’impressions, de gouttes d’atmosphères de chaque escale. Il nous permet d’arriver avec « notre chez nous » partout. De croiser les destins fabuleux des hôtes qui partageront avec nous une même curiosité. Ils sont intrigués par notre mode de vie, nous sommes attentifs à ce qui est important pour eux, à leur culture, leur histoire. Un partage possible, tant que nous sommes bienvenus. Puis, nous apprenons à partir. Dire « au revoir » en pensant que les sillages ont plus de chance de se croiser à nouveau que les montagnes de se rencontrer. Et nous poussons notre route au-delà de l’horizon, vers d’autres visages, d’autres sourires qu’il sera aussi difficile de quitter que les amitiés cultivées depuis le début du voyage.

Ma petite maman me dit souvent que « nous sommes perdus pour la société ». Elle veut dire par là qu’il lui est difficile d’imaginer notre retour, vers les carcans d’une vie terrestre.

Qu’elle a raison!
Nous vivons dans un siècle extraordinaire qui nous offre le luxe suprême d’être loin tout en conservant (grâce aux techniques de communications par Internet et satellite) des liens forts avec nos familles et nos amis. Pourquoi donc être pressés de rentrer?

Et vers où?
Alors… au diable le mauvais temps et l’inconfort relatif de notre situation! Quelques nuits de veille n’ont jamais tué personne! Et lorsque le soleil et l’alizé reviennent, l’étrave s’ébroue, le mât attire jusqu’à son sommet la grand-voile et … en route vers la prochaine escale!

A plus, pour des nouvelles des îles
Nat et Dom

PS: Merci pour vos courriers, ne vous inquiétez pas, la météo qui nous a secoués cette dernière semaine, revient vers de bonnes dispositions.

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Nat&Dom

Valider le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>